Torture d'Abu Ghraib et abus de prisonnier

United States soldier Spc. Graner prepares to punch restrained prisoners
Soldat Spc des Etats-Unis. Graner prépare pour poinçonner les prisonniers retenus

Commencer dedans 2003, nombreux exemples là produits de abus et torture de prisonniers tenu dans Prison D'Abu Ghraib dans L'Irak (aka. Bagdad Service Correctionnel), par le personnel du U.S. forces armées, CIA officiers et entrepreneurs impliqués dans métier de l'Irak.

Une recherche criminelle interne par Armée Des Etats-Unis débuté dedans Janvier, 2004, et plus tard rapports de l'abus, aussi bien que les images graphiques montrant le personnel militaire américain dans l'acte de maltraiter des prisonniers, soyez venu à une attention publique ce qui suit Avril, quand a 60 minutes rapport de nouvelles (Avril 28) et un article près Seymour M. Hersh dans Le Nouveau Yorker magasin (signalé en ligne avril 30 et jours édités plus tard dans Mai 10 issue) rapportée l'histoire.[ 1 ]

Résulter scandale politique a été dit d'avoir endommagé la crédibilité et l'image de public des Etats-Unis et de ses alliés dans la poursuite des opérations militaires continues dans Guerre De l'Irak, et a été saisi au moment par des critiques de U.S. politique étrangère, qui a discuté c'était représentant d'une plus larges attitude et politique d'irrévérence et violence américaines vers des Arabes. Le U.S. L'administration et ses défenseurs ont argué du fait que les abus étaient le résultat des actions indépendantes par le personnel de bas-rang, tandis que les critiques réclamaient que des autorités commandées ou implicitement pardonnées les abus et exigées la démission de l'aîné Administration de Bush fonctionnaires.

Département de la défense enlevé dix-sept soldats et officiers du devoir, et sept soldats ont été chargés de la négligence du devoir, mauvais traitement, assaut aggravé, et batterie. Entre Mai, 2004 et septembre 2005, sept soldats ont été condamnés dedans va au devant de martial, condamné au temps fédéral de prison, et déshonorablement déchargé du service. Deux soldats, Spécialiste Charles Graner, et son ancien fiancée, Pvt. Lynndie Angleterre, ont été condamnés à dix ans et à trois ans en prison, respectivement, dans les épreuves finissant dessus Janvier 14, 2005 et Septembre 26, 2005. L'officier commandant à la prison, Brig. Généralités Janis Karpinski, a été rétrogradé au rang du colonel dessus Mai 5, 2005.

Table des matières

Fond

Voyez également Prison d'Abu Ghraib sous Saddam Hussein; Prison d'Abu Ghraib sous le U.S.- le  de ¿de ÿ de ¥ a mené la coalition

Location of Abu Ghraib within Iraq
Endroit d'Abu Ghraib dans l'Irak

Pendant Ba'athist régime de Saddam Hussein dans L'Irak, Prison D'Abu Ghraib a eu une réputation comme endroit de torture, et a été allégué pour être l'emplacement de la torture et de l'exécution des milliers de prisonniers politiques - jusqu'à 4000 prisonniers sont pensés pour avoir été exécutés là dedans 1984 seulement. Des prisonniers ont été par habitude exécutés ; les gardes ont introduit des prisonniers dans les défibreurs en plastique ; il y a des allégations que certains de ces détenus ont été soumis aux expériences en tant qu'élément du produit chimique de l'Irak et du programme biologique d'armes. Selon le CBS, "quand Saddam a couru la prison d'Abu Ghraib, Les Irakiens avaient trop peur pour venir demandent l'information sur leurs membres de famille."[ 2 ] Après la chute de Bagdad à U.S. et forces de coalition dedans 2003, c'était l'opinion des fonctionnaires BRITANNIQUES aînés que la prison devrait être démolie aussitôt que possible, mais ceci a été outrepassé par le U.S. autorités. La prison a été alors employée comme service de détention par U.S.- coalition menée occupant l'Irak pour tenir plus de 5.000 personnes, la plupart du temps rebelles et criminels allégués. En date de 2005, l'emplacement a été officiellement appelé Bagdad service correctionnel, bien qu'il reste mieux connu sous son nom original.

Rapports d'abus

Tout au long de 2003, il y avait des rumeurs et des rapports d'abus de prisonnier, torture, et les "crimes de guerre" ont commis par U.S. personnel. Dans Juin 2003, International D'Amnistie, ce qui avait critiqué largement le U.S.- guerre menée sur l'Irak, réclamé une recherche indépendante sur le U.S. système de détention en Irak, en réponse aux descriptions confidentielles des conditions dans lui. Sergent "Greg" Franc Ford, un U honorable-déchargé.S. vétéran, rapporté qu'il était témoin des crimes de guerre dans Samara, L'Irak.[ 3 ]

Darby vient en avant, U.S. la sonde a lancé

Pvt. England holding a leash attached to a prisoner on the floor. The guards gave the man the nickname "Gus".
Pvt. L'Angleterre jugeant une laisse attachée à un prisonnier sur le plancher. Les gardes ont donné à l'homme le surnom "Gus".

Dans Janvier 2004, Sergent Joseph Darby de Corriganville, Le Maryland, un membre de Les Etats-Unis police militaire, a alerté la première fois le U.S. commande militaire d'abus de prisonnier. Darby a fourni a disque compact de photographies et une note anonyme à l'agent spécial Tyler Pieron de la commande criminelle de recherche d'armée des USA, qui a été posté à la prison d'Abu Ghraib, déclenchement d'une recherche. Les images ont montré des prisonniers nus, étant forcé de s'engager dans simulé sexe oral et autre actes de sexe, images d'un soldat féminin, grimacer et se diriger aux parties génitales de a à capuchon prisonnier nu. (voyez Nature d'abus d'Abu Ghraib pour plus de détails et de photos.).

Darby a au commencement voulu rester anonyme, mais plus tard est venu en avant. Il avait torturé pendant un mois avant de fournir les images, mais finalement décidé à soufflez sifflent sur ses collègues, disant leur conduite "a violé tout que je personnellement ai cru dedans et tous je enseigné au sujet des règles de la guerre."il avait su Lynndie Angleterre, un des suspects les plus bien connus, depuis la formation de base, et témoigné qu'il avait reçu les photos de Charles Graner, un autre soldat dans les photographies. Darby a rapporté cela Sergent Ivan (Morceau) Frederick II De Personnel, à une occasion, "avait poinçonné un détenu dans le coffre tellement dur que le détenu est presque entré dans l'arrêt". Dans les lettres et les E-mails aux membres de famille, Frederick a à plusieurs reprises noté que les équipes d'militaire-intelligence, quel C inclus.I.A. officiers et linguistes et spécialistes en interrogation des entrepreneurs de défense privés, étaient la force dominante à l'intérieur d'Abu Ghraib.

Commandant de coalition Lieutenant. Généralités Ricardo Sanchez passé commande Armée Des Etats-Unis Général Principal Antonio Taguba pour étudier, et encore deux investigations ont été également lancées.

Le commandant de prison plus tard a été remplacé avec Principal-Général Geoffrey Miller, qui a précédemment dirigé le controversé Compartiment De Guantanamo service de détention.

La recherche criminelle interne, a été annoncé en janvier 2004 communiqué de presse, a été accompli en février, 2005. En raison de ses résultats, sur Mars 20, 2005 des frais criminels ont été apportés contre six des soldats impliqués.(lien au rapport de Taguba).

Le rapport de Taguba, Avril 2004

Voyez également Nature d'abus d'Abu Ghraib pour plus de détails et plus de photos

A naked prisoner is menaced by a dog
Un prisonnier nu est menacé par un chien

Rapport du 53-page de Taguba, "secret" classifié et daté Avril 4, 2004, conclu ce U.S. les soldats avaient commis "des actes insignes et des infractions graves du droit international" chez Abu Ghraib.[ 4 ] Taguba a constaté qu'entre octobre et décembre 2003 il y avait de nombreux exemples de "sadique, flagrant, et abus criminels dévergondés "des prisonniers. Dans la violation des règlements d'armée, officiers d'intelligence demandé police militaire "desserrez-vous vers le haut" des détenus avant l'interrogation. Le rapport estime que 60% des prisonniers à l'emplacement étaient "pas une menace pour la société" et que le procédé de criblage était si insatisfaisant que des civils innocents ont été souvent détenus indéfiniment. Les gardes ont inventé leurs propres règles et surveillants approuvés leurs actions. Voie perdue de personnel des prisonniers, n'a pas compté leurs prisonniers, et maintenu aucuns disques concernant des douzaines d'évasions. Le service a tenu trop de détenus et a fourni trop peu de gardes. La formation de ceux sur la garde était insuffisante, et les supérieurs ont négligé pour visiter les équipements chez la personne. Le personnel militaire supérieur était en désaccord dessus si la police militaire ou l'intelligence militaire devrait être responsable. Le traitement de prisonnier a changé entre les décalages et entre les composés.

Taguba a cité de nombreux échecs d'organisation et de conduite chez Abu Ghraib. Réservistes chargé avec garder la population de prison ont été insuffisamment formés, et Taguba a censuré les commandants aînés pour l'échec pour adresser ces insuffisances. Spécifiquement, officiers d'intelligence et membres d'un compagnie, 372nd Compagnie De Police Militaire, basé dedans Cresaptown, Le Maryland, responsable de la sécurité, a participé aux abus documentés.

Le rapport de Taguba a cité de nombreux exemples d'abus de détenu, inclure :

  • Poinçon, claquement, et donnant un coup de pied des détenus ; sauter sur leurs pieds nus.
  • Enregistrer et photographier en vidéo nu détenus masculins et féminins.
  • De force arrangement des détenus dans diverses positions sexuellement explicites pour la photographie.
  • Forçant des détenus à enlever leur habillement et les maintenant nus pendant plusieurs jours à la fois.
  • Forcer les détenus masculins nus à porter les femmes sous-vêtements.
  • Forcer des groupes de détenus masculins à masturbate tout en étant photographié et enregistré en vidéo.
  • Arrangement des détenus masculins nus dans une pile et puis sauter sur eux.
  • Positionnement d'un détenu nu sur a MRE Boîte, avec un assommer sur sa tête, et attachant des fils à ses doigts, orteils, et pénis pour simuler la torture électrique.
    A detainee forced to stand on boxes
    Un détenu forcé de se tenir sur des boîtes
  • Écrivant "je suis un Rapeist" [ sic ] sur la jambe d'un détenu allégué pour avoir violé un vieux détenu du camarade 15-year, et alors le photographiant nu.
  • Le placement d'une chaîne ou d'une courroie de chien autour du cou d'un détenu nu et avoir un soldat féminin posent pour une image.
  • Une garde de MP de mâle violant un détenu féminin.
  • Prise des photographies des détenus irakiens morts et du MPs posant avec des regards gais.
  • Cassant les lumières chimiques et verser le liquide phosphorique sur des détenus.
  • Détenus menaçants avec un pistolet chargé de 9mm.
  • Eau froide versante sur les détenus nus.
  • Détenus battants avec une poignée de balai et une chaise.
  • Détenus masculins menaçants avec le viol.
  • Laisser police militaire gardent pour piquer la blessure d'un détenu qui a été blessé après avoir été claqué contre le mur en sa cellule.
  • Sodomisant un détenu avec un bâton chimique léger et peut-être de balai.
  • Employer des militaires chiens travaillants (sans museaux) pour effrayer et intimidez détenus avec des menaces d'attaque, et dans un exemple mordant réellement et blessant sévèrement un détenu.

Avant que le rapport de Taguba ait été accompli, 17 soldats et officiers, inclure Général de brigade General Janis Karpinski, ont été enlevés du devoir, et six soldats ont fait face va au devant de martial et temps possible de prison sur des frais de la négligence du devoir, mauvais traitement, assaut aggravé et batterie, en raison de leurs rôles dans les événements. Taguba a indiqué, "'spécifiquement suspect de I qui colonne. Thomas M. Pappas, Lieutenant. Colonne. Steve L. La Jordanie, M.. Steven Stephanowicz et M.. John Israel étaient directement ou indirectement responsable des abus chez Abu Ghraib et recommandent vivement des actions disciplinaires immédiates..." [ 5 ]

Cependant, le journal intime en ligne d'un autre interrogateur de CACI chez Abu Ghraib, Joe Ryan, indique que "Steve Stevanowicz" fonctionnait toujours à la prison dessus Avril 26, 2004, suggérant que les conclusions de Taguba aient été ignorées jusqu'à ce que le scandale d'abus de prison ait enfoncé les médias.

Un rapport interne d'armée par le commandant. GEN. Ryder a déclaré que quelques Irakiens ont été tenus pendant de longues périodes simplement parce qu'ils avaient exprimé l'"mécontentement ou la mauvaise volonté" vers U.S. forces.

Le reportage de médias commence

60 Minutes II émission et conséquence

Private Lynndie England signals a "thumbs up" sign and points at a hooded, naked Iraqi prisoner.
Privé Lynndie Angleterre signale "manie maladroitement vers le haut" du signe et des points à un à capuchon, prisonnier irakien nu.

Dans tard Avril 2004, U.S. magazine de télévision 60 Minutes II a cassé impliquer d'histoire abus et humiliation des détenus irakiens par un petit groupe de U.S. soldats. L'histoire a inclus des photographies dépeignant l'abus des prisonniers.[ 6 ]

Le segment de nouvelles avait été retardé par deux semaines sur demande du Département de la défense et Président des chefs du personnel communs GEN. Richard Myers, en raison du combat lourd en Irak. Dans le rapport, Dan Plutôt Brig interviewé. GEN Marquez Kimmitt, directeur d'alors-député des opérations de coalition en Irak. Kimmitt indiqué,
"la première chose que je dirais est nous appalled aussi bien. Ce sont nos soldats de camarade. Ce sont le peuple que nous travaillons avec chaque jour, et ils nous représentent. Ils portent le même uniforme que nous, et ils ont laissé leurs soldats de camarade vers le bas... et si nous ne pouvons pas nous tenir vers le haut comme exemple de la façon traiter des personnes avec la dignité et les respecter... Nous ne pouvons pas demander que d'autres nations à celui à nos soldats aussi bien...Est-ce qu'ainsi que je dirais au peuple de l'Irak ? C'est erroné. C'est répréhensible. Mais ce n'est pas représentatif des 150.000 soldats qui sont ici. Je dirais la même chose aux américains... Ne jugez pas votre armée basée sur les actions de quelques uns."

En même temps, Kimmitt a indiqué : "je voudrais s'asseoir ici et dire que ce sont les seuls cas d'abus de prisonnier que nous nous rendons compte de, mais nous savons qu'il y a eu quelque autre puisque nous avons été ici en Irak."[ 7 ]

Ancien Lieutenant Marin. Colonne. La facture Cowan a été également interviewée, énoncé : "nous sommes entrés en l'Irak pour arrêter des choses comme ceci de se produire, et en effet, les voici qui se produisent sous notre tutelle."

Personnel plutôt interviewé Sgt de réservation d'armée. Morceau Frederick, un participant à l'abus, à qui travail civil était comme un officier de corrections à une prison de la Virginie. Frederick indiqué, "nous n'avons eu aucun appui, aucune formation quelque. Et j'ai continué à demander ma chaîne de la commande certaines choses...comme des règles et des règlements,"dit Frederick. "et il juste ne se produisait pas."le journal intime visuel de Frederick, maison envoyée d'Irak, si certaines des images utilisées dans l'histoire.

Sgt. Ivan Frederick sitting on an Iraqi detainee
Sgt. Ivan Frederick se reposer sur un détenu irakien

Dans le journal intime il y a détaillés énumérés, entrées datées qui font la chronique de l'abus et des noms, par exemple,

Ils l'ont soumis à une contrainte hors si de mauvais que l'homme a passé loin. Le jour suivant les médecins sont entrés et ont mis son corps sur une civière, a placé un article truqué I.V. dans son bras [ pour le suggérer est mort sous le soin médical ] et l'a enlevé. Cet OGA (l'autre agence gouvernementale) [ prisonnier ] n'a été jamais traité et donc n'a jamais eu un nombre.

et, l'"MI a été présent et était témoin d'une telle activité. Le MI a encouragé et dit nous le grand travail [ et ] ce ils obtenaient maintenant des résultats positifs et l'information."

Hersh Nouveau Yorker article

Avril, 2004 article près Seymour M. Hersh dans Le Nouveau Yorker le magasin a exploré les abus en détail, et utilisé en tant que sa source une copie du rapport de Taguba.

Le Nouveau Yorker, sous la direction du rédacteur David Remnick, a signalé un rapport sur son site Web par Hersh, avec un certain nombre de graphique et d'images inquiétantes de la torture prise par U.S. gardes militaires de prison avec les appareils-photo numériques. L'article, "torture intitulée chez Abu Ghraib,"a été édité a été suivi en deux semaines suivantes de deux articles supplémentaires sur le même sujet, "chaîne de la commande" et "de la zone grise,"aussi par M.. Hersh.[ 8 ]

"il était seulement après que [ CBS ] instruit que le nouveau Yorker a projeté éditer les images dans sa prochaine issue qu'elles ont été assorties en avant à leur rapport avril 28."[ 9 ]

Les sources du capot interne de Hersh ont réclamé que interrogation programme appelé "Vert De cuivre"étaient un fonctionnaire et un abus systémique des méthodes coercitives qui, bien que considéré "réussi" pendant invasion 2001 de l'Afghanistan, serait fortement critiqué en cercles d'intelligence comme application inexacte au contexte du citoyen de combat - "insurgés"en Irak. Cette théorie, et l'existence "du vert de cuivre" elle-même, a été nié près Le Pentagone.

Plus d'évidence de torture

Selon Donald Rumsfeld, beaucoup plus d'images et de bandes vidéo de l'abus chez Abu Ghraib existent. Photos et videos indiqués par le Pentagone aux législateurs dans un visionnement privé sur le 12ème mai, 2004, chiens d'attaque montrés grondant à effrayer des prisonniers, Femmes irakiennes forcées d'exposer leurs seins, et prisonniers nus forcés d'avoir le sexe avec l'un l'autre, les législateurs ont indiqué. Les membres du sénat ont passé en revue des photographies fournies par le département de la défense qui démuni libéré au public. Ils notent qu'en plus des abus mentionnés, une partie du U.S. les gardes militaires ont le sexe devant les prisonniers.

Hersh a fait d'autres réclamations au sujet des abus chez Abu Ghraib, dans ses aspects parlants, là où il a admis il changera des faits et des événements pour la consommation d'assistances. À la conférence de juillet 2004 du ACLU, il a énoncé qu'il y a sont des bandes des soldats américains sodomisant les garçons irakiens, et que ces bandes sont tenues par l'administration de Bush : "les garçons ont été sodomisés avec les appareils-photo roulant, et la plus mauvaise partie est la bande sonore, des garçons poussant des cris perçants,"notamment, Hersh mettrait à jour cette réclamation en son livre Chaîne de la commande, énoncé, "un mandataire impliqué dans le cas m'a dit en juillet 2004 qu'un des rapports de témoin qu'il avait lus décrit le viol d'un garçon par un employé étranger de contrat qui a servis d'interprète chez Abu Ghraib,"Hersh a écrit. "dans le rapport, ce qui n'avait pas été fait à public, l'avocat m'a dit, un prisonnier a déclaré qu'il était un témoin au viol, et qu'une femme prenait des photos."[ 10 ]

Temps De New York, dans un rapport janvier 12, 2005, témoignage rapporté suggérant que les événements suivants aient eu lieu chez Abu Ghraib :

  • Uriner sur des détenus
  • Sauter sur la jambe du détenu (un membre déjà enroulé par le tir) avec une telle force qu'il ne pourrait pas ensuite guérir correctement
  • Continuer en martelant la jambe enroulée du détenu avec le bâton pliant en métal

Sergent Samuel Provance bataillon d'intelligence militaire d'Alpha Company de 302nd, dans les entrevues avec plusieurs agences de nouvelles, a rapporté l'abus sexuel d'une fille 16-year-old par deux interrogateurs, aussi bien qu'un fils 16-year-old d'un général irakien qui a été conduit par le froid après qu'il ait été versé et qui était alors besmeared avec la boue afin d'obliger son père à parler. Il a également précisé plusieurs techniques employées par les interrogateurs qui ont été identifiés en tant qu'étant dans la violation de la convention de Genève. Il a parlé aux médias, même contre des ordres directs, au sujet de ce qu'il a su à la prison (en grande partie des conversations et des interactions avec les interrogateurs). Il a expliqué qu'il ainsi parce qu'il y avait "certainement un cover-up" en cours par l'armée. Il a été administrativement marqué et a fait suspendre son dégagement secret supérieur dans la revanche par l'armée.

En son journal intime visuel, une garde de prison a dit que des prisonniers ont été tirés pour le misbehavior mineur, et prétendu avoir eu venimeux serpents prisonniers de morsure, parfois ayant pour résultat leurs décès. Par sa propre admission, que la garde avait "des ennuis" pour avoir jeté des roches aux détenus. [ 11 ] Hashem Muhsen, un des hommes nus dans la photo humaine de pyramide, dit ils ont été également faits pour ramper autour du plancher nu et de ce U.S. les soldats les sont montés comme ânes. Après avoir été libéré dedans Janvier 2004, Muhsen est allé bien à un officier de police irakien.

On l'a découvert qu'un prisonnier, Al-Jamadi de Manadel, mort en raison de l'abus, une mort qui a été régnée un homicide par les militaires. Un détenu a également fait des frais de viol sous la surveillance des soldats.

Citations des prisonniers

  • "ils ont dit que nous vous ferons le souhait pour mourir et il ne se produira pas [...] ils m'ont dépouillé nu. L'un d'entre eux m'a indiqué qu'il me violerait. Il a dessiné une image d'une femme à mon dos et me fait le stand en position honteuse tenant mes fesses."- Al-Cheik D'Ameen Saeed, No. de détenu. 151362
  • "'priez-vous à Allah ?'on a demandé. J'ai dit oui. Ils ont dit, '[ juron ] vous. Et [ juron ] il.'l'un d'entre eux a indiqué, 'vous n'êtes pas sortir ici de health[y ], vous êtes sortir ici d'handicapé. Et il a dit à moi, 'êtes-vous mariée ?'I a indiqué, 'oui.'ils ont dit, 'si votre scie d'épouse vous aiment ceci, elle sera déçue.'l'un d'entre eux a indiqué, 'mais si je la voyais maintenant elle ne serait pas déçue maintenant parce que je la violerais.'" [...] "ils m'ont commandé remercier Jésus que je suis vivant." [...] "I dit à lui, 'je crois à l'Allah.'ainsi il a dit, 'mais je crois à la torture et je vous torturerai.'"- Al-Cheik D'Ameen Saeed [ 12 ]
  • "ils ont voulu que nous se sentissent comme si nous étions des femmes, les femmes de manière se sentent et c'est la plus mauvaise insulte, pour se sentir comme une femme."- Al-Shweiri de Dhia, ancien prisonnier d'Abu Ghraib sous Ba'ath et U.S. métier. Maintenant un militant dans "armée d'al-Mahdi".

Dans un aspect dessus Mai 2 pendant le a Faites face à la nation interviewez le Président que Myers a réclamé qu'il n'avait pas encore vu Taguba rapportez, bien que le rapport ait été alors presque un mois vieux.

Réactions

Réponse de U.S. Fonctionnaires de gouvernement

U.S. Président George W. Bush a décrié les actes et a affirmé qu'ils étaient nullement indicative des pratiques normales ou acceptables dans Armée Des Etats-Unis.

Sur Mai 7, 2004, Secrétaire des Etats-Unis de la défense Donald Rumsfeld a fait les rapports suivants avant Le Comité De Forces armées De Sénat:

Ces événements se sont produits sur ma montre comme secrétaire de la défense. Je suis responsable d'eux. Je prends la pleine responsabilité, Je me sens terrible au sujet de ce qui est arrivé à ces détenus. Ils sont les êtres humains, ils étaient dans U.S. garde, notre pays a eu une obligation de les traiter bien. Nous pas . C'était erroné. À ces Irakiens qui ont été maltraités par des membres du U.S. forces armées, Je présente mes excuses plus profondes. Nous fonctionnons dans a - avec les contraintes en temps de paix, avec des conditions légales dans une situation de temps de guerre, dans l'âge de l'information, là où les gens courent autour avec les appareils-photo numériques et prennent ces photographies incroyables et puis les passent au loin, against.the.law, aux médias, à notre surprise, quand ils n'étaient pas même arrivés dans le Pentagone.
An Iraqi opinion
Une opinion irakienne

Après le témoignage de Rumsfeld, plusieurs Sénateurs répondu :

Sénateur Lindsey Graham (républicain, La Caroline du sud) : "le public américain doit comprendre que nous parlons du viol et l'assassinons ici."

"c'était assez répugnant, pas ce que vous attendriez des Américains,"a dit le sénateur Norme Coleman.

"je ne sais pas l'enfer ces personnes est entré dans notre armée,"a dit Le Colorado Sénateur Ben Nighthorse Campbell. [ 13 ]

Sénateur James Inhofe, Membre républicain de Le Comité De Forces armées De Sénat, estimé que les événements n'ont pas mérité l'outrage moral : "je ne suis probablement pas le seul vers le haut à cette table qui davantage est outragée par l'outrage que nous suis par le traitement. Ils ne sont pas là pour des violations du trafic. S'ils sont dans le 1A de bloc de cellules ou le 1b, ces prisonniers - ils sont des meurtriers, ils sont des terroristes, ils sont des insurgés. Bon nombre d'entre eux ont probablement le sang américain sur leurs mains. Et ici nous sommes ainsi préoccupé par le traitement de ces individus."

Le secrétaire Rumsfeld de la défense a essayé d'éviter la question de si U.S. les soldats s'étaient engagés dans la torture. Il a énoncé, "ce qui a été chargé jusqu'ici est l'abus, ce que je crois techniquement est différent de la torture. Je ne vais pas adresser le mot d''torture '."(cité dedans "qu'est dans un mot ? Torture," par Adam Hochschild, Temps De New York, Mai 23, 2004).

Sur Mai 26, 2004, R$-al.gore a donné un discours brusquement critique sur la crise de l'Irak et Administration De Bush. Dans le discours, Le fuseau a réclamé les démissions de Secrétaire de la défense Donald Rumsfeld, Conseiller De Sécurité Nationale Condoleezza Rice, Directeur de Agence D'Intelligence Centrale Principe de George, Député secrétaire de la défense Paul Wolfowitz, Sous le secrétaire de la défense pour la politique Douglas J. Feith, et sous le secrétaire de la défense pour l'intelligence Stephen A. Cambone pour des politiques encourageantes que cela a menées à l'abus des prisonniers irakiens et a éventé la haine des Américains à l'étranger. Fuseau le plan de guerre de l'Irak d'administration de Bush également appelée "incompétent" et appelé George W. Bush le président le plus malhonnête depuis Richard Nixon. Le fuseau a commenté ; "En Irak, ce qui s'est produit à cette prison, il est maintenant clair, n'est pas le résultat des actes aléatoires de quelques pommes gâtées. C'était la conséquence normale de la politique d'administration de Bush."[ 14 ]

Monde

Satirical graffiti on Brick Lane, London which appeared in May 2004
Satirique graffiti sur Ruelle De Brique, Londres ce qui est apparu dedans Mai 2004

"la torture ? Un coup plus sérieux vers les Etats-Unis que Septembre 11 (attaques). Sauf que le coup n'a pas été infligé par des terroristes mais par Americans contre eux-mêmes."- Archevêque Giovanni Lajolo, ministre des affaires étrangères de Vatican. [ 15 ]

Abdel-bari Atwan, rédacteur du basé à Londres influent En lanque arabe journal Al Arabi De Quds D'Al, et un critique à long terme de la politique américaine qui nous avait écrits de Saddam Hussein "a espéré qu'il aurait combattu jusqu'à l'extrémité, et tombé en tant que martyre comme ses deux fils et petits-fils ou a choisi l'extrémité de Hitler,"[ 16 ] a écrit "les libérateurs sont plus mauvais que les dictateurs. C'est la paille qui a cassé le chameau en arrière pour l'Amérique."

D'une déclaration légale par Ronald Schlicher de Département D'État des USA (Pdf sur l'emplacement d'ACLU) : "Le Bahreinite De langue anglaise Tribune quotidien a écrit mai 5, 2004, 'les images d'sang-ébullition rendront plus de personnes l'Irak intérieur et extérieur déterminées pour effectuer des attaques contre les Américains et les Anglais.'le Qatari en lanque arabe Al-Watan prévu mai 3, 2004 qui en raison des images, 'les Irakiens se sentent maintenant que très fâché et celui fera reconstituer la vengeance la dignité humiliée.'"

Centre serveur par radio conservateur Précipitations Limbaugh dit, "ce n'est aucun différent que ce qui se produit au déclenchement de crâne et d'os, et nous allons ruiner les vies des personnes au-dessus de lui, et nous allons entraver notre effort militaire, et alors nous allons les marteler vraiment parce qu'ils ont eu un bon temps. Vous savez, ces personnes sont mises le feu à chaque jour. Je parle des personnes s'amusant, ces personnes. Vous jamais Madonna, ou Britney Spears font sur l'étape. Peut-être je suis -- ouais, et obtenez une concession de NEA pour quelque chose comme ceci." [ 17 ],[ 18 ],[ 19 ]

Sur Mai 10, 2004, svastika- des affiches couvertes des photographies d'abus d'Abu Ghraib ont été attachées aux tombes britanniques et indiennes au cimetière militaire de Commonwealth dedans Ville de Gaza. Tombes de Thirty-two des soldats tués dedans Première Guerre Mondiale ont été profanés ou détruits.

Revanche Prétendue

Sur Mai 11, 2004, une vidéo était prétention libérée pour être de décapitation de Entaille Berg, un U.S. civil qui est allé au travail cherchant de l'Irak réparant des antennes. La vidéo est présentée comme le travail d'un groupe militant islamiste se dirige près Al-Zarqawi d'Abu Musab, un membre remarquable d'Al-Qaeda en Irak. Les figures non identifiables réclamation avoir commis le meurtre dans la revanche pour l'abus des prisonniers chez Abu Ghraib. Quelques doutes ont été émis sur l'authenticité de la vidéo ; voyez Entaillez les théories de conspiration de Berg.

Convictions et cour-martial

Le rapport par Antonio M. Listes de Taguba six suspects : Sergent de personnel Ivan (Morceau) Frederick II, Spécialiste Charles A. Graner, Sergent Javal Davis, Spécialiste Megan Ambuhl, Spécialiste Sabrina Harman, et Jeremy Sivits (maintenant rétrogradé à privé). Un septième suspect est privé Lynndie Angleterre, à qui est devenu enceinte et a été attribué à nouveau Fort Bragg, La Caroline du nord. Les six ont fait face aux frais qui incluent la conspiration, négligence du devoir, cruauté vers des prisonniers, mauvais traitement, assaut, et actes indécents.

  • Spécialiste Charles Graner a été trouvé coupable dessus Janvier 14, 2005 de tous les frais, y compris la conspiration pour maltraiter des détenus, échec pour protéger des détenus contre l'abus, cruauté, et mauvais traitement, aussi bien que des frais d'assaut, immodesté, adultère, et obstruction de justice. Sur Janvier 15, 2005, il a été condamné à dix ans dans la prison fédérale.
  • Personnel Sgt. Ivan Frederick pled coupable dessus Octobre 20, 2004 à la conspiration, négligence du devoir, mauvais traitement des détenus, assaillez et commettre un acte indécent en échange d'autre charge l'chute. Sien maltraite inclus faisant trois prisonniers masturbate. Il a également poinçonné un prisonnier tellement dur dans le coffre ce il a eu besoin ressuscitation. Il a été condamné à huit ans en prison, déchéance du salaire, une décharge déshonorante et une réduction de rang à privé.
  • Jeremy Sivits a été condamné dessus Mai 19, 2004 par a court-martial spécial (moins grave que le "général" ; phrase d'emprisonnement limitée à un an) à la phrase d'une année maximum, en plus de l'décharge pour la mauvaise conduite et être rétrogradé, sur le sien réclamation de coupable.
  • Spécialiste Armin Cruz de la 325th intelligence militaire le bataillon a été condamné dessus Septembre 11, 2004 à huit mois d'emprisonnement, réduction de rang à privé et une mauvaise décharge de conduite en échange de son témoignage contre d'autres soldats.[ 20 ]
  • Sabrina Harman a été condamné dessus Mai 17, 2005 à six mois en prison et à une mauvaise décharge de conduite après avoir été condamné sur six des sept comptes. Elle avait fait face à une peine maxima de 5 ans.
  • Megan Ambuhl a été condamné dessus Octobre 30, 2004, de la négligence du devoir et condamnée à la réduction du rang à privé et de la perte du salaire d'un moitié-mo.
  • Lynndie Angleterre a été condamné dessus Septembre 26, 2005, d'un compte de conspiration, quatre comptes de détenus maltraitants et un compte de commettre indécent acte. Elle a été acquittée sur un deuxième compte de conspiration. L'Angleterre avait fait face à une peine maxima de dix ans, mais a été condamné dessus Septembre 27, 2005, à juste 3 ans. Elle a reçu une décharge déshonorante.

Spéc.. Krol Romain, et Spéc.. L'Israel Rivera, qui étaient allumés présents pendant l'abus Octobre 25, soyez à l'étude mais le démuni chargé et avez témoigné contre d'autres soldats.

Personnel relatif

Brig. Généralités Janis Karpinski, l'officier commandant à la prison a été rétrogradé au colonel dessus Mai 5, 2005, le quel la finit aussi efficacement des chances pour le futur avancement de carrière. Dans a BBC entrevue, Janis Karpinski a indiqué qu'elle est faite à un bouc émissaire, et que le dessus U.S. commandant pour l'Irak, GEN Ricardo Sanchez, si soyez demandé ce qu'il a connu l'abus, comme selon elle, il a dit que les prisonniers sont "comme des chiens" [ 21 ]. Cependant, un porte-parole pour Geoffrey Miller, qui a commandé le camp de Guantanamo et commande maintenant Abu Ghraib, les allégations de Karpinski's appelé "catégoriquement fausses,"et dit aucune directive pour traiter des détenus" comme des chiens "n'a été faite à Guantanamo ou Abu Ghraib. [ 22 ] Des allégations ont été également faites que les techniques utilisées chez Abu Graib ont commencé à Guantanamo.

Donald Rumsfeld indiqué en février 2005 qu'il a eu, en raison du scandale d'Abu Ghraib, a deux fois fait une proposition au président George W. Bush pour démissionner le bureau du secrétaire de la défense, et que les deux offres ont été diminuées.

Geai Bybee, l'auteur du Département De Justice note définissant la torture comme activité produisant la douleur équivalente à la douleur éprouvée pendant l'échec de la mort et d'organe, a été nommé par le Président Bush à la neuvième cour de circuit des appels, là où il a commencé le service en 2003.

Michael Chertoff, qui comme le chef de la division criminelle du département de justice a conseillé Agence D'Intelligence Centrale sur les limites externes de la légalité en sessions coercitives d'interrogation, a été choisi par le Président Bush pour remplir offre d'emploi au niveau de cabinet au secrétaire de la sécurité de patrie créé par le départ de Arête de Tom.

Alberto Gonzales, qui a décrit des dispositions des conventions de Genève qui privilèges de commissaire fournissent prisonniers des ", scrip, uniformes sportifs, et instruments scientifiques "comme" étranges,"et a écrit que" le nouveau paradigme rend les limitations strictes de Genève désuète sur l'interrogation des prisonniers ennemis,"a été nommé par le Président Bush en tant que Général de mandataire des Etats-Unis, le fonctionnaire en chef de l'loi-application de la nation. Il a été confirmé dessus Février 3, 2005.

Bois De Carolyn CPT. Le bois était tête du 519th bataillon d'intelligence militaire du fort Bragg. En août 2002 neuf techniques d'interrogation non approuvées par doctrine militaire ou non incluses en manuels de champ d'armée ont été ajoutées après Chris Mackey et son équipe a retourné l'unité de détention dans Bagram au 519th bataillon d'intelligence militaire. Chris Mackey s'était exercé avec du bois avant qu'elle ait obtenu sa commande chez Bagram. Il dit que tandis qu'il "était gravement déçu" quand il a découvert au sujet de ses changements à l'interrogation règne, il comprend ce qui pourrait avoir continué. "après qu'elle a succédé, les pieux sont devenus très hauts,"il dit. "nous sommes allés de perdre trois ou quatre soldats par mois à une masse d'elles. Elle doit avoir été sous une quantité énorme de pression."" mais il y avait d'incompétence horrible à la conduite et au niveau d'inadvertance. Les gens se rendaient compte de ce que nous faisions parce que nous étions ouverts. [ la prison ] était pratiquement un tour de Disney, avec beaucoup de haut-se lève et des fonctionnaires venant à travers. Mais la réponse commune que nous avons obtenue était, N'êtes-vous pas genre de babying les ?"[ 23 ]Deux détenus en décembre 2002 ont été torturés et battus à la mort en cellules en bas du hall de son bureau. "accroché par leurs bras du plafond et battu tellement sévèrement que, selon un rapport par des investigateurs d'Army plus tard a fui au soleil de Baltimore, leurs jambes auraient dû être amputées les ont eues ont vécu. La commande criminelle de la recherche de l'armée a lancé une enquête, mais peu de gens Afghanistan extérieur ont pris la notification."[ 24 ] Quand elle a transféré à Abu Ghraib en août 2003, On rapporte que du bois a "a signalé sa propre liste d''règles d'interrogation de l'enclenchement,'qui étaient contradictoires avec ceux plus tard a publié pour l'Irak par le commandant américain supérieur, Lieutenant. GEN. Ricardo S. Sanchez, selon les fonctionnaires congressionnels. La convention de Genève ne s'est pas appliquée aux bois des méthodes d'interrogation. Le rapport d'Ajuster-Jones énonce "Le JIDC octobre 2003 SOP, de même créé par le bois de CPT, était remarquablement semblable au point SOP de collection de Bagram (Afghanistan). Avant l'déploiement vers l'Irak, L'unité du en bois de CPT (BN d'A/519 MI) a conduit prétendument les pratiques en matière abusives d'interrogation dans Bagram ayant pour résultat une recherche criminelle de homicide de la commande de recherche (CID)....à partir de décembre 2002, les interrogateurs en Afghanistan enlevaient l'habillement, isolement des personnes pendant de longues périodes, employer des positions d'effort, exploitant la crainte des chiens et de mettre en application la privation de sommeil et de lumière. Interrogateurs en Irak, déjà au courant de la pratique de certaines de ces nouvelles idées, mis en application leur même avant tous conseils de politique de CJTF-7. Ces pratiques ont été acceptées comme SOP par les interrogateurs nouveau-arrivés. Une partie du CJTF-7 ICRPs ni l'un ni l'autre a efficacement adressé ces pratiques, ni raccourci leur utilisation."dans les deux équipements de prison les officiers qui ont effectué les abus étaient sous la commande de CPT. Du bois et elle n'a été jamais jugé responsable.

Image:carolynwood.jpg Carolyn A. Bois


Le rapport final du panneau indépendant pour passer en revue des opérations de Détention de DoD [ 25 ] (pdf) avez spécifiquement affranchi U aîné.S. conduite militaire et politique de culpabilité directe :

"le panneau ne trouve aucune évidence que des organismes au-dessus de la 800th brigade de MP ou du 205th Brigade-niveau de MI ont été directement impliqués dans les incidents chez Abu Ghraib."

U.S. politique sur des interrogations et la torture

Spc. Sabrina Harman poses over the dead body of Manadel al-Jamadi, an Iraqi prisoner.
Spc. Sabrina Harman poses au-dessus du corps mort d'Al-Jamadi de Manadel, un prisonnier irakien.
Spc. Charles Graner poses over Manadel al-Jamadi's corpse.
Spc. Charles Graner cadavre fini d'Al-Jamadi's de Manadel de poses.

Réaction du U.S. l'administration caractérise l'abus d'Abu Ghraib comme incident d'isolement non caractéristique des actions américaines en Irak ; cette vue est largement contestée, notamment dans les pays arabes, mais également par des organismes tels que Croix Rouge Internationale, ce qui indique qu'il avait fait des représentations au sujet de l'abus des prisonniers pour plus qu'une année. Un ancien officier d'intelligence militaire avec l'expérience à Compartiment De Guantanamo et Abu Ghraib allègue (voyez lien externe - "cuisiniers et conducteurs...") un échec systématique provoqué par une combinaison des troupes inexpérimentées arrêtant les Irakiens innocents, qui sont alors interrogés par les interrogateurs inexpérimentés déterminés pour casser ces caisses dures apparentes.

Droit international

Les Etats-Unis a ratifié L'ONU's Convention Contre La Torture et Troisième et Quatrièmes Conventions De Genève. Cependant, les troisième et quatrièmes conventions de Genève les deux état en article 2 : "les parties contractantes élevées seront en outre liées par la convention par rapport à ladite puissance, si le dernier accepte et applique les dispositions en ". Puisque l'Irak ne s'est pas appliqué les protections des conventions de Genève aux prisonniers de guerre américains tout au long de la guerre du Golfe I (e.g. abus de 17 prisonniers de guerre d'Américain chez Abu maintenant-infâme Ghraib, par le service d'intelligence de l'Irak) et la guerre du Golfe II (e.g. l'histoire bien connue de Jessica ont lynché l'unité), il peut discuter que l'Irak a perdu ses protections sous ces documents particuliers (mais pas d'autres) longtemps avant que les Etats-Unis aient même pris la possession de la prison d'Abu Ghraib. L'Administration De Bush, cependant, prend la position qui, dans les mots de Alberto R. Gonzales, avocats-conseils au président : "les Etats-Unis et l'Irak sont des parties aux conventions de Genève. Les Etats-Unis identifient que ces traités lient dans la guerre pour la libération de l'Irak."("la règle de la loi et les règles de la guerre ", Temps De New York (morceau op-ED), Mai 15, 2004). Mais, l'administration réclame que des prisonniers pris dedans L'Afghanistan n'a pas qualifié comme prisonniers de guerre en vertu du droit international.

La convention contre la torture définit torture dans les limites suivantes :

En agissent par quelle douleur ou douleur grave, si physique ou mental, est intentionnellement infligé sur une personne pour des buts tels qu'obtenant à partir de lui... l'information ou une confession, le punissant pour un acte il... a commis ou est suspecté de avoir commis, ou l'intimidant ou contraignant. (article 1)
De la perspective de cette définition, une photographie très importante est celle montrée vers la droite :
Hooded prisoner standing on a box with wires connected to his body
Le prisonnier à capuchon se tenant sur une boîte avec des fils s'est relié à son corps

Un prisonnier à capuchon, se tenir sur une boîte avec les fils électriques s'est relié à de diverses parties de son corps. Satar Jabar (chargé du carjacking, pas terrorisme) [ 26 ] a été censément dit qu'il serait électrocuté s'il tombait la boîte. Les réclamations d'armée, cependant, que les fils n'étaient pas de phase et que le prisonnier a à aucun moment fait face à l'électrocution réelle, seulement la menace en.

Si le prisonnier croyait la déception et était sincèrement convaincu qu'il a fait face à la possibilité d'exécution, alors la situation semblerait constituer "la douleur mentale" comme définie dans la convention. La motivation de l'acte semblerait également avoir dû obtenir une confession ou l'intimider ou contraindre - des buts visés à l'article 1. La discussion se situe dans l'utilisation de la convention de l'adjectif "grave" de qualifier la douleur et les difficultés inhérentes à déterminer si le feutre de douleur par le prisonnier photographié était grave ou doux.

En revanche, les actions montrées dans cette photographie et les la plupart des autres sembleraient constituer les "autres actes de cruel, le traitement ou la punition inhumain ou dégradant "a proscrit par Article 16 de la convention contre la torture. Certains des actes décrits dans le rapport de Taguba qualifient également.

Le Comité international de la croix rouge indiqué dans son rapport confidentiel de février 2004 aux forces de coalition que des prisonniers considérés avoir une "intelligence" valeur "ont été systématiquement soumises à une variété de traitements durs [...] ce qui était dans certains cas équivalent pour torturer ".

Quelques jurisconsultes ont dit que les Etats-Unis pourraient être obligés de juger certains de ses soldats pour crimes de guerre. Sous les troisième et quatrièmes conventions de Genève, des prisonniers de guerre et les civils détenus dans une guerre peuvent ne pas être traités d'une façon dégradante, et la violation de cette section est "une infraction grave". Dans a Novembre 5, 2003 rendez compte des prisons en Irak, le maréchal du principal de l'armée, Commandant. GEN. Donald J. Ryder, déclaré que les conditions dans lesquelles des prisonniers ont été jugés parfois violés les conventions de Genève.

Certains des familles ou des mandataires des soldats accusés ont déjà fait clairement une intention d'arguer du fait que les pratiques chez Abu Ghraib ont été dirigées par les officiers militaires de haut-rang ou par Agence D'Intelligence Centrale. Sous Charte du tribunal de Nuremberg, cette "défense des ordres supérieurs" n'est pas une défense pour des crimes de guerre, bien qu'il pourrait influencer une autorité condamnante pour diminuer la pénalité.

Ordre Exécutif

Sur Décembre 21, 2004, Union Américaine De Libertés Civiles copies libérées de FBI notes internes qu'elles avaient obtenues sous Liberté de Loi de l'information au sujet de la torture et de l'abus allégués à Compartiment De Guantanamo, dans L'Afghanistan et dedans L'Irak. Une note a daté Mai 22, 2004 était de quelqu'un hors du dont le nom a été masqué mais a été décrit dans la note comme "sur commandant de scène -- Bagdad". Il s'est référé explicitement à l' Ordre Exécutif cela a sanctionné l'utilisation de la tactique extraordinaire d'interrogation par U.S. personnel militaire. Les méthodes explicitement mentionnées comme étant sanctionné sont privation de sommeil, prisonniers hooding, jeu de la musique forte, enlever l'habillement de tous les détenus, les forcer à se tenir en prétendues "positions d'effort,"et l'utilisation des chiens. L'auteur a également réclamé cela le Pentagone avait limité l'utilisation des techniques en exigeant l'autorisation spécifique de la chaîne de la commande. L'auteur identifie "des battements physiques, humiliation sexuelle ou contact "en tant qu'étant en dehors de l'ordre exécutif. C'était la première évidence interne puisque l'affaire d'abus de prisonnier d'Abu Ghraib est devenue publique dedans Avril, 2004 que des formes de coercition abusive et la torture des captifs avaient été exigées par Président.

Détails

Voyez également Le rapport de Taguba.

Les certificats de décès ont à plusieurs reprises déclaré que les prisonniers étaient morts "pendant le sommeil", et "des raisons normales". On ne permet pas aux des médecins irakiens d'étudier même lorsque des certificats de décès sont évidemment forgés. Aucuns rapports des investigations contre U.S. des médecins militaires qui ont forgé des certificats de décès ont été rapportés.

Sur 7 mai 2004, Le Comité international de la croix rouge Directeur D'Opérations Pierre Krähenbühl déclaré que les visites d'inspection d'ICRC's aux centres de détention de coalition en Irak "ne nous ont pas permises de conclure que ce que nous traitions... étaient les actes d'isolement de différents membres des forces de coalition. Ce que nous avons décrit est un modèle et un large système."il a continué pour dire que certains des incidents qu'ils avaient observés étaient" équivalents pour torturer ". [ 27 ] [ 28 ]

U.S. et des forces armées par R-U sont conjointement formées dans prétendu résistance à l'interrogation (R2I) techniques. L'ennemi enseignent en apparence ces techniques de R2I pour aider des soldats à faire face à ou à résister à la torture. Sur Mai 8, 2004, Le Gardien rapporté cela, selon un ancien officier britannique de forces spéciales, les actes commis par Prison D'Abu Ghraib le personnel militaire ressemble aux techniques utilisées dans la formation de R2I. [ 29 ] En outre sont reliés fierté-et-moi vers le bas techniques pour rendre des captifs plus disposés à coopérer. [ 30 ]

Le même rapport déclare cela :

Le U.S. commandant responsable des prisons militaires en Irak, Général Principal Geoffrey Miller, a confirmé qu'une batterie "des techniques 50-odd coercitives" spéciales peut être utilisée contre les détenus ennemis. Le général, qui a précédemment couru camp de prison à Compartiment De Guantanamo, dit son rôle principal était d'extraire autant intelligence comme possible.

Les la plupart acceptent les actes particuliers commis à la prison menant au rapport initial d'émission étaient non autorisées, mais comme a été montré, ils n'étaient pas des incidents d'isolement. Ces ou les incidents semblables de la torture et de l'humiliation étaient courants, systémique et répandu, s'était produit pendant plus d'une année, et certains d'entre eux étaient politique officielle.

Alfred W. McCoy professeur d'histoire et auteur d'un livre sur la torture dans les forces armées philippines, a noté des similitudes dans le traitement abusif des prisonniers chez Abu Ghraib et les techniques décrites dans CIA 1963 "KUBARK L'interrogation "manuel de contre-renseignement et affirme que ce qu'il appelle" les méthodes CIA sans contact de torture "ont été en utilisation continue par CIA et U.S. intelligence militaire depuis cette époque.

A Mai 25, 2004 article par Hersh dedans Le Nouveau Yorker suggère un raccordement entre les incidents d'Abu Ghraib et une chaîne des décisions et les événements réglés dans le jeu par de hauts fonctionnaires d'administration suivant les attaques de 9/11, spécifiquement "à un accès spécial" ou "aux ops noirs" programmez connu As Cuivrez Le Vert. Selon Hersh, les fonctionnaires concernés par extraire l'information d'intelligence à partir des terroristes ont étiré les limites de l'interrogation ou au delà derrière les limites légales extrêmes. Plus tard, des méthodes qui ont été à l'origine prévues pour être employées seulement sur le hauts Taliban et Al Qaeda "combattants ennemis" de valeur sont venues pour être incorrectement employées sur les prisonniers irakiens. Le département de la défense a immédiatement caractérisé le rapport de Hersh comme "exotique, mystérieux, et rempli d'erreur et de conjecture anonyme ".

Documents obtenus par Poteau De Washington montrez à cela le U aîné.S. officier militaire dans le lieutenant de l'Irak. GEN. Ricardo Sanchez a autorisé l'utilisation des chiens militaires, extrémités de la température, modèles renversés de sommeil et privation sensorielle comme méthodes d'interrogation dans Abu Ghraib.[ 31 ] Dans une entrevue pour son journal de ville natale Le Signal, Le Général Karpinski a prétendu avoir vu unreleased des documents de Rumsfeld qui a autorisé ces la tactique pour les prisonniers irakiens [ 32 ]. Sanchez et Rumsfeld ont nié l'autorisation.

Nouvelles continues

En Septembre 2005, U.S. Juge De Zone Alvin K. Hellerstein a commandé le dégagement de nouvelles photos de torture d'Abu Ghraib.[ 33 ]

Voyez également

Références

  • Seymour M. Hersh, Chaîne de la commande : La route de 9/11 à Abu Ghraib, HarperCollins 2004

Liens externes

Rapports

- notez que "Graner" est écrit "Granier"

Nouvelles, communiqués de presse

D'autres sources

Davantage de lecture

 

  > Français > en.wikipedia.org (Traduit par ordinateur dans le Français)