Académie de Gundishapur

Académie de Gundishapur (aussi Jondishapoor, Jondishapur, et Jondishapour, Gondeshapur, GONDÊ SHÂPÛR, etc...) était le centre intellectuel du Sassanid empire. Son académie offerte la formation dans la médecine, philosophie, théologie et science. Le corps enseignant étaient versé non seulement dans le Zoroastrian et les traditions persanes, mais dans grec et l'Indien apprenant aussi bien. Selon L'histoire de Cambridge de l'Iran, c'était le centre médical le plus important du monde antique (défini comme Europe, le méditerranéen, et le Proche Orient) pendant les 6èmes et 7èmes siècles. (vol. 4, p396. ISBN 0521200938).

Fondé en CE 271 par une règle de Sassanid dynastie, Gundishapur était à la maison à l'hôpital d'enseignement connu le plus ancien du monde, et a également comporté bibliothèque et a université. Il a été situé dans la province actuelle de Le Khouzestan, dans le sud-ouest de L'Iran, pas loin du Karun fleuve.

Le prophète de Manichean Mani on dit qu'également l'emprisonnement et la mort ont lieu dans Gundishapur.

Table des matières

L'élévation de Gundishapur

Head of king Shapur II (Sasanian dynasty A.D. 4th century). He made Gundishapur the capital of his empire. The New York Metropolitan Museum of Art permanent collection.
Tête du Roi Shapur II (dynastie A de Sasanian.D. 4ème siècle). Il a fait à Gundishapur le capital de son empire. Le musée métropolitain de New York de la collection de constante d'art.

Gundishapur était l'une des villes principales dedans Le Khouzestan province de Persan empire. Le Gundishapur nommé vient du Langue persane limite composée Gund-dez-i Shapur (forteresse militaire de Shapur). La plupart des disciples croient Shapur I, fils de Le Roi Ardeshir (Artaxexes), avoir fondé la ville après défaite d'une armée romaine menée par l'empereur Valériane. Shapur II a fait à Gundishapur son capital. Cependant, quelques disciples croient qu'il a pu y avoir eu une ville à cet endroit sous Parthian dynastie de ce qui est maintenant L'Iran approprié et Khvarvaran province ce qui est aujourd'hui connu As L'Irak.

Il était selon la règle du monarque de Sassanid Khosrau I (CE 531-579), connu As Anushiravan, bénie, et comme Chosroes par les Grecs et le Romans, ce Gundishapur est devenu notoire pour la médecine et l'érudition. Khosrau I a donné le refuge au divers Grec philosophes, Chrétiens Syriac-parlants, et Nestorians persécution religieuse de fuite par Empire bizantin. Le Sassanids avait longtemps lutté le Romans et le Byzantines pour la commande du jour actuel L'Irak et La Syrie, et ont été naturellement disposés pour accueillir les réfugiés.

Le roi a commissionné les réfugiés traduire des textes de Grec et de Syriac en Pahlavi. Ils ont traduit de divers travaux sur la médecine, astronomie, philosophie, et métiers utiles. On dit que les philosophes sont malheureux en Perse, cependant, et plus tard retourné en Grèce.

Anuhsiravan a également tourné vers l'est, et envoyé le médecin célèbre Borzouyeh en l'Inde, pour inviter les disciples indiens et chinois à Gundishapur. Ces visiteurs ont traduit les textes indiens sur l'astronomie, astrologie, mathématiques, et médecine, et textes chinois sur la médecine et la religion de fines herbes. On dit que Borzouyeh a lui-même traduit Panchatantra de Sanskrit dans le Persan, As Kelileh et Demneh.

Signification de Gundishapur

Selon Cyril Elgood dedans Des antécédents medicaux de Perse, "jusqu'à un degré très grand, le degré de solvabilité pour le système entier d'hôpital doit être donné à Perse "(pression d'université de Cambridge, p. 173). (pour une vue alternative de l'histoire nationaliste, voyez Nationalisme et Historiographie et nationalisme.

En plus de systématiser le traitement médical et la connaissance, les disciples de l'académie ont également transformé l'éducation médicale ; plutôt que de mettre avec en apprentissage juste un médecin, des étudiants en médecine ont été requis de travailler dans l'hôpital sous la surveillance du corps enseignant médical de totalité. Il y a d'évidence égale que les diplômés ont dû passer des examens afin de pratiquer en tant que médecins accrédités de Gundishapur (comme enregistré dans un texte arabe, Al-hikama de Tarikh).

George Ghevarghese Joseph, dans le sien Crête du paon (Pression D'Université De Princeton, 2000) réclame que Gundishapur a également eu un rôle pivotal dans l'histoire des mathématiques.

Gundishapur selon la règle musulmane

La dynastie de Sassanid a incombé aux armées arabes musulmanes dedans CE 638. L'académie a survécu le changement des règles et a persisté pendant plusieurs siècles comme un institut musulman plus haut de l'étude. Il plus tard a été rivalisé par un institut établi au centre de la puissance, dans Abbasid capital de dynastie de Bagdad. Dans CE 832 calife Al-Ma'mun a fondé Al-Hikma célèbre de Bayt, Chambre de la sagesse là, copier les méthodes de Gundishapur et les fournir en effet de personnel avec des diplômés de l'école plus ancienne. On le croit que la Chambre de la sagesse, en tant qu'établissement formel, a été dispersé sous le successeur d'Al-Ma'mun's Al-Mutawakkil (régné 847-861). Cependant, le centre intellectuel de l'empire d'Abbasid semble avoir alors décalé à Bagdad, car dorénavant il y a peu de références à Gundishapur comme université ou hôpital.

La signification du centre graduellement a alors diminué. Selon l'abrégé 1905 de LeStrange des géographes arabes (Les terres du Caliphate oriental), le 10ème auteur Muqaddasi de siècle a décrit Gundishapur en tant que tomber dans des ruines (LeStrange, 1905, p. 238).

Gundishapur aujourd'hui

Sous Pahlavi dynastie, l'héritage de Gundishapur était memorialized par la fondation de l'université de Jondishapour des sciences médicales, près de la ville de Ahvaz [ 1 ].

Gundishapur antique est également prévu pour une recherche archéologique. Experts du centre archéologique de recherches du acquis culturel de l'Iran et de l'organisation de tourisme (CHTO) et l'institut oriental du Université de Chicago plan pour commencer des excavations dedans tôt 2006 [ 2 ].

Quelques médecins célèbres de Gundishapur

Sources

  • L'histoire de Cambridge de l'Iran, Vol. 4, ISBN 0521200938
  • Dols, Michael W. "les origines de l'hôpital islamique : mythe et réalité ": 1987, 61 : 367-90 ; revue par : 1987, 61 : 661-62
  • Elgood, Cyril. Des antécédents medicaux de Perse, Pression D'Université De Cambridge, 1951.
  • Frye, Richard Nelson. L'âge d'or de Perse, Weidenfeld Et Nicolson, 1993.
  • Hau, Friedrun R. "Gondeschapur : dem 6 d'aus de Medizinschule d'eine. Jahrhundert n. Chr.,"Gesnerus, XXXVI (1979), 98-115.

Voyez également

Liens externes

examinez par Yair

 

  > Français > en.wikipedia.org (Traduit par ordinateur dans le Français)