Al-Razi

Ab ? Al-R?zi de Bakr Muhammad Ibn Zakar?ya (? ? ? ? ? ? ??????), selon Al-Biruni soutenu dedans Rayy, par année 251AH/ et mort dedans Rayy, 313AH/.

Cololphon of al-Razi's Book of Medicine
Cololphon d'Al-Razi's Livre de médecine

Razi n'a réalisé aucun système organisé de philosophie, mais prenant dedans à compte le temps il a vécu dedans, il doit être compté en tant qu'un des penseurs les plus vigoureux et les plus libéraux dans l'Islam et peut-être dans l'histoire de la pensée humaine. Il était un pur rationaliste, extrêmement confiant de la puissance de la raison, libérez de n'importe quel genre de préjudice, et très "bold" et audacieux en exprimant ses idées sans scrupule. Il a cru chez l'homme, progrès et en "Dieu le sage".

Il est crédité de la découverte de , le "cheval de travail" de la chimie moderne, et entre autres ; il a également découvert et son amélioration et utilisation dedans .

Razi était un auteur prolifique : il a écrit 184 livres et articles dans de divers domaines de la science. Selon l'historien An-Nadim d'Ibn, Razi s'est distingué en tant que meilleur médecin de son temps qui avait entièrement maîtrisé . Il a voyagé dans beaucoup de terres et a rendu le service à plusieurs princes et gouverneurs. Comme on a dit qu'est compatissant, aimable, droit, et a été consacré un professeur dans la médecine il a attiré une grande quantité d'étudiants de tous les diciplines et au service de ses patients, si des riches ou des pauvres.

Le moderne-jour Institut De Razi près de , a été baptisé du nom de lui, et le 'jour de Razi '('jour de pharmacie ') est commémoré en Iran chaque .

Table des matières

Biographie

Dans , Razi moyens "de la ville de Rayy autrefois une des grandes villes du monde)", une ville antique sur les pentes méridionales de la chaîne d'Elburz qui borde les sud de la mer caspienne, situées près , . Dans cette ville (comme ) il a accompli la majeure partie de son travail.

Dans sa vie tôt il pourrait avoir été un bijoutier (Baihaqi), un distributeur de monnaie (Cf. abi Usaibi'ah d'ibn) mais plus probablement un luter-joueur qui a changé son intérêt pour la musique en Cf d'alchemy(. ibn Juljul, Sa'id, ibn Khallikan, Usaibi'ah, Al-Safadi). À l'âge de trente (Safadi indique après que quarante) il a arrêté son étude de l'alchimie parce que ses expériences ont causé une oeil-maladie (cf. Al-Biruni), l'obligeant à rechercher les médecins et la médecine pour le traiter. Al-Birflni, Baihaqi et d'autres, indiquent que c'était la raison pour laquelle il a commencé ses études médicales. Il était nuit et jour ouvrable très studieux. Son professeur était 'Al-Tabari de Rabban d'ibn d'Ali (Cf. Al-Qifti, Usaibi'ah), un médecin et un philosophe nés dans Merv environ 192/808 (d. approximativement. 240/855). Médecine et probablement aussi philosophie étudiées par Al-Razi avec de l'Al-Tabari de Rabban d'ibn. Par conséquent son intérêt pour la philosophie spirituelle peut être tracé à ce maître, dont le père était un Rabbinist versé dans le Scriptures. Selon le prof..Hamed Abdel-reheem Ead, professeur de chimie à la faculté de la Science, université du Caire (Cf. le site Web d'alchimie) : " (...) Al-Razi a pris l'étude de la médecine après sa première visite à Bagdad, quand il avait au moins 30 ans, sous l'ibn bien connu Sahl (un converti juif d'Ali de médecin à l'Islam, appartenant à l'école médicale célèbre de Tabaristan ou de Hyrcania. Il a montré une telle compétence dans le sujet qu'il a rapidement surpassé son maître, et n'a écrit pas moins que cent livres médicaux. Il a également composé 33 traités sur la science normale (pas comprenant l'alchemy), les mathématiques et l'astronomie (...)."

Al-Razi est devenu célèbre dans son ville indigène en tant que médecin. Il est devenu directeur de l'hôpital de Rayy (Cf. ibn Juljul, Al-Qifti, abi d'ibn Usaibi'ah), pendant le règne de l'ibn Asad qui était gouverneur de Rayy de 290-296/902-908 au nom de son ibn Ahmad d'Isma'il d'ibn d'Ahmad de cousin, deuxième règle d'Ahmad d'ibn d'Ishaq d'ibn de Mansur de Samanian. Razi a consacré le sien Al-'Mansuri d'Al-Tibbà l'ibn Ahmad d'Ishaq d'ibn de Mansur, qui a été vérifié dans un manuscrit manuscrit de hisbook. Ceci a été réfuté par Al-Nadim d'ibn ', mais l'abi Usaibi'ah d'Al-Qifti et d'ibn a confirmé que Mansur appelé était en effet l'ibn Isma'il de Mansur qui est mort dans 365/975. Al-Razi déplacé de Rayy à Bagdad pendant le règne de Muktafi de Calife (approximativement289/901-295/907) où il a encore tenu une position en tant que directeur en chef d'un hôpital.

Après la mort d'Al-Muktafi's (295/907) Al-Razi est revenu prétendument à Rayy où il a recueilli beaucoup d'étudiants autour de lui. Comme Al-Nadim d'ibn se relie dedans Fihrist, Al-Razi était alors a [ [Shaikh] ] (titre donné à un autorisé à enseigner)"avec un grand semblable principal dans un sac", entouré par plusieurs cercles des étudiants. Quand quelqu'un est arrivé avec une question scientifique, cette question a été transmise aux étudiants du l''premier cercle '. s'ils ne savaient pas la réponse, elle a été transmise à ceux du l''deuxième crcle '... et tellement indéfiniment, jusque 2'enfin, quand tous les autres ont eu ne fournissent pas une réponse, il est venu à Al-Razi lui-même. Nous savons au moins d'un de ces étudiants qui sont devenus un médecin. Al-Razi était un homme très généreux, avec un comportement humanitaire vers ses patients, et agissant charitable aux pauvres, il avait l'habitude de leur donner le plein traitement sans charger n'importe quels honoraires, ni exiger n'importe quel autre paiement. Quand il n'a pas été occupé avec des élèves ou des patients il toujours écrivait et étudiait. Ce fait pourrait avoir été la cause pour l'affaiblissement progressif de sa vue qui a finalement eu en devenant sans visibilité dans les deux yeux. Certains indiquent que la cause de sa cécité était qu'il avait l'habitude de manger trop de fèves (baqilah). Son affliction d'oeil a commencé par des cataractes et a fini dans la cécité totale. La rumeur disparaît qu'il a refusé d'être traité pour la cataracte, déclarant qu'il "avait vu tellement du monde qu'il était fatigué de lui."cependant, ceci semble être une anecdote davantage qu'un fait historique. Une de ses pupilles de Tabaristan est venue pour s'occuper de lui, mais, selon Al-Biruni, il a refusé d'être traité le proclamant était inutile pendant que son heure de la mort s'approchait. Quelques jours plus tard il est mort dans Rayy, sur le 5ème de Sha'ban le 313/27th octobre 925.

Maîtres et adversaires d'Al-Razi's

Nous avons déjà mentionné que Razi a étudié la médecine sous 'Al-Tabari de Rabban d'ibn d'Ali, cependant, Al-Nadim d'Ibn indique qu'il a étudié la philosophie sous Al-Balkhi, qui avait voyagé beaucoup et la grande connaissance possédée de la philosophie et des sciences antiques. Certains indiquent même qu'Al-Razi a attribué certains de livres d'Al-Balkhi's sur la philosophie à se. Nous ne savons rien au sujet de cet homme appelé l'Al-Balkhi, pour ne pas égaliser son nom et prénoms.

Les adversaires de Razi, au contraire, sont bien connus. Ils sont les suivants :</u> ;

1. Al-Balki d'Al-Qasim d'Abu, chef de Mu'tazilah de Bagdad (d. 319/931), que un contemporain d'Al-Razi qui a écrit beaucoup de réfutations au sujet d'Al-Razi's réserve, particulièrement dans le sien Al-Ilahi d'Ilm. Ses désaccords avec de l'Al-Razi ont nécessité ses pensées sur le concept du 'temps '.

2. Al-Balkhi d'Al-Husain d'ibn de Shuhaid, avec qui Al-Razi a eu beaucoup de polémiques ; un de ces derniers était sur le concept du 'plaisir ', exposé dans le sien Al-Nafs de Tafdll Ladhdhat quel Al-Sijistani d'Al-Mantiqi de Sulaiman d'abu cite dans son travail Al-Hikmah de Siwan. Al-Balkhi est mort avant 329/940.

3. Al-Razi d'Abu Hatim est devenu le plus important de tous ses adversaires (d. 322/933-934) et était un des plus grands missionnaires d'Isma'ili. Il a édité ses polémiques avec de l'Al-Razi en son livre Al-Nubuwwah d'A'lam. En raison de ce livre, des pensées d'Al-Razi's sur des prophètes et la religion sont préservées pour nous.

4. Al-Tammar d'Ibn (apparemment étant Al-Tammar de Bakr d'abu Husain, indique Kraus) était un médecin et lui a aussi eu quelques conflits avec de l'Al-Razi, qui est documenté par Al-Razi de Hatim d'abu dedans Al-Nubuwwah d'A'lam. Al-Tammar d'Ibn était en désaccord avec le livre d'Al-Razi's Al-Ruhani d'Al-Tibb mais Al-Razi a contrecarré ceci. En fait, Al-Razi a écrit deux antithèses :

(a) Première réfutation de désaccord d'Al-Tammar's avec Misma'i au sujet de l''matière '.

(b) Deuxième réfutation d'opinion d'Al-Tammar's 'de l'atmosphère des habitations souterraines.

5.Suivre des auteurs comme décrit par Al-Razi dans ses écritures :

(a) Al-Misma'i, a Mutakallim, qui s'est opposé aux 'materialists, traité byan contrecarré d'Al-Razi's.

(b) Jarir, un médecin qui a eu une théorie au sujet 'de manger des mûres noires après consommation de la pastèque '.

(c) Al-Ummi de Mubarik d'ibn d'al-Hasan, à qui Al-Razi a écrit deux épîtres avec des commentaires.

(d) Al-Kayyal, a Mutakallim: Al-Razi a écrit un livre sur environ le sien Théorie d'Imam.

(e) ibn Talhah de Mansur, étant l'auteur du livre "Étant", qui était critized par Al-Razi.

(f) Al-Rasa'ili d'Al-Laith d'ibn de Muhammad dont l'opposition contre des alchimistes a été contestée par Al-Razi.

6. Al-Sarakhasi d'Al-Tayyib d'ibn d'Ahmad (d. 286/899), était un contemporain plus âgé d'Al-Razi. Al-Razi était en désaccord avec lui sur la question 'du goût amer '. Il s'est d'ailleurs opposé à son Al-Kindi d'Ishaq d'ibn de Ya'qub de professeur, concernant ses écritures, dans lesquelles il a critiqué des alchimistes.

    • Nous pourrions ajouter plus de noms à cette liste de toutes les personnes opposées par Al-Razi, spécifiquement Mu'tazilah et différent Mutakallimin.

Contributions à la médecine

Variole contre. rougeole

En tant que médecin en chef de a formulé la première description connue de :

la "variole est évident quand ébullitions de sang des 'et est infectée, ayant pour résultat des vapeurs étant expulsées. Ainsi le sang de juveline (qui ressemble aux extraits humides apparaissant sur la peau) est transformé en sang plus riche, ayant la couleur du vin mûr. À ce stade, la variole apparaît essentiellement en tant que des 'bulles trouvées boursouflures de -(as en vin ') -... cette maladie peut également se produire à d'autres fois -(meaning : non seulement pendant l'enfance) -. La meilleure chose à faire pendant cette première étape est de garder loin d'elle, autrement cette maladie pourrait se transformer en ."

Ceci diagnostiquent est reconnu par (1911), qui énonce : "les rapports les plus dignes de confiance quant à l'existence tôt de la maladie sont trouvés dans un compte par (= Persan) le médecin 9th-century Arabe Rhazes, par qui ses symptômes ont été clairement décrits, sa pathologie expliquée par une théorie humorale ou de fermentation, et des directions données pour son traitement.".

Le livre de Razi : Al-Hasbah de wa d'Al-Judari était le premier livre décrivant la variole, et a été traduit plus que les périodes une douzaine en et d'autres langues européennes. Son manque de dogmatisme et son dans l'observation clinique montre les méthodes médicales de Razi. Nous citons :

"l'éruption de la variole est précédée par une fièvre continue, douleur dans l'arrière, itching dans le nez et les cauchemars pendant le sommeil. Ce sont les symptômes plus aigus de son approche ainsi qu'une douleur apparente dans le dos accompagnied par fièvre et un feutre itching par le patient partout son corps.Un gonflement du visage apparaît, qui vient et disparaît, et les notices une une couleur inflametory globale apparente comme rougeur forte sur les deux joues et autour des deux yeux. On éprouve un poids du corps entier et de la grande agitation, qui s'exprime comme beaucoup d'étirage et de baîllement. Il y a une douleur dans la gorge et le coffre et on le trouve difficile au souffle et à la toux. Les symtomps additionnels sont : sécheresse de souffle, de salive épaisse, d'enrouement de la voix, de douleur et de poids de la tête, de l'agitation, de la nausée et de l'inquiétude. (notez la différence : l'agitation, la nausée et l'inquiétude se produisent plus fréquemment avec les 'rougeoles qu'avec la variole. À l'autre main, la douleur dans le dos est plus évidente avec la variole qu'avec la rougeole). Tout ensemble un éprouve la chaleur au-dessus du corps entier, une a des deux points enflamés et une rougeur brillante globale showsan, avec une rougeur très prononcée des gommes."

Razi était le premier médecin pour diagnostiquer la variole et et le premier pour distinguer la différence entre eux.

Allergies et fièvre

Razi est également connu pour avoir découvert 'asthme allergique', et était le premier médecin jamais, qui a écrit un article dessus et . Dans Sens de sentir il explique l'occurrence de 'rhinite'après avoir senti s'est levé pendant le ressort : Article sur la raison pour laquelle Abou Zayd Balkhi souffre de la Rhinite en sentant des roses au printemps. En cet article il 'rhinite 'saisonnière de dicusses, qui est identique que l'asthme allergique ou fièvre de foin. Razi était le premier pour réaliser cela est un mécanisme de défense normal, la manière du corps de combattre la maladie.

Pharmacie

Rhazes a contribué de beaucoup de manières à la pratique tôt de pharmacie en compilant les textes, en des lesquels il présente l'utilisation ' mercuriel et son développement d'appareil tel que les mortiers, les flacons, les spatules et les phials, qui ont été employés dans les pharmacies jusqu'au vingtième siècle tôt.

Éthique de médecine

À un de niveau professionnel, Razi a présenté beaucoup d'idées pratiques, progressives, médicales et psychologiques. Il a attaqué charlatans et truquez les médecins qui ont erré la vente de villes et de campagne leur nostrums et 'traitements. En même temps, il a averti que même les médecins fortement instruits n'ont pas eu les réponses à tous les problèmes médicaux et ne pourraient pas traiter toutes les maladies ou guérir chaque maladie, qui parlait humainement l'impossibe. Pour devenir plus utile dans leurs services et plus vrai à leur appeler, Razi a conseillé des praticiens de suivre la connaissance avançée continuellement en étudiant les livres médicaux et en s'exposant à la nouvelle information. Il a fait une distinction entre les maladies durcissables et incurables. Concernant le dernier, il a commenté cela dans le cas des cas avançés de cancer et le médecin ne devrait pas être blâmé quand il ne pourrait pas les traiter. Pour ajouter une note pleine d'humour, Razi a senti la grande pitié pour les médecins a pris le soin pour dont le bien-être princes, noblesse, et femmes, parce qu'elles n'ont pas obéi les ordres du docteur pour limiter leur régime ou pour obtenir le traitement médical, de ce fait lui faisant être le plus difficile leur médecin.

Livres et articles sur la médecine

  • La Vie Vertueuse (Al-Hawi).
This monumental medical encyclopedia in nine volumes — known in Europe also as The Large Comprehensive or Continens Liber — contains considerations and criticism on the Greek philosophers Aristotle and Plato, et exprime des opinions innovatrices sur beaucoup de sujets. En raison de ce seul livre, beaucoup de disciples considèrent Razi le plus grand docteur médical du .
Al-Hawi est non une encyclopédie médicale formelle, mais une compilation posthume des cahiers du fonctionnement de Razi, que la connaissance incluse a recueillis d'autres livres aussi bien que des observations originales sur les maladies et des thérapies, basée sur sa propre expérience clinique. Il est significatif puisqu'il contient une monographie célébrée sur la variole, la plus tôt connue. Il a été traduit en latin dedans près Faraj ben Salim, un médecin d'origine Sicilien-Juive employé près Charles de l'Anjou, et après quoi il a eu une influence considérable en Europe.
  • Un conseiller médical pour le grand public (Étiquette de Yahduruhu de La d'homme)
Razi était probablement le premier docteur persan pour écrire délibérément un manuel médical à la maison (réparateur) dirigé au grand public. Il l'a consacré aux pauvres, au voyageur, et au citoyen ordinaire qui pourrait le consulter pour le traitement des maux communs quand un docteur n'était pas disponible. Ce livre, naturellement, est d'intérêt spécial à l'histoire de la pharmacie puisque les livres semblables étaient très populaires jusqu'au .Razi décrit dans ses 36 chapitres, régimes et composants de drogue qui peuvent être trouvés dans ou un apothicaire, un marché, dans les cuisines bien équipées, ou et dans les camps militaires. Ainsi, chaque personne intelligente pourrait suivre ses instructions et préparer les recettes appropriées avec de bons résultats.
Certaines des maladies traitées étaient des maux de tête, des colds, toux, mélancolie et des maladies de l'oeil, de l'oreille, et de l'estomac. Par exemple, il a prescrit pour un mal de tête fébrile : "2 parts de duhn (extrait huileux) de , à mélanger à 1 part de vinaigre, dans du lequel un morceau est plongé et comprimé sur le front ". Il a recommandé comme a laxatif, "7 drachmes de sec violet fleurs avec 20 , macéré et mélangé bon, alors tendu. Ajoutez à ceci filtrat, 20 drachmes de pour une boisson. Dans les cas de la mélancolie, il a invariablement recommandé les prescriptions, qui ont inclus l'un ou l'autre pavots ou son jus (), fourrage de trèfle (Epithymum de safran des Indes) ou tous les deux. Pour un oeil-remède, il a conseillé myrrhe, , et encens, 2 drachmes chaque, être mélangé à 1 drachme de arsenic jaune façonné en comprimés. Chaque comprimé devait être dissous dans une quantité suffisante de l'eau de coriandre et utilisé comme baisses d'oeil.
  • Doutes Au sujet De Galen (Alinusor d'aile du nez de Shukuk ')
L'esprit indépendant de Rhazes est de façon saisissante indiqué dans ces livre et G. Citations de Stolyarov II :
"de la façon de nombreux penseurs grecs, incluant et l'Aristote, Rhazes ont rejeté dichotomie d'esprit-corps et frayé le concept de la santé mentale et du art de l'auto-portrait-esteem en tant qu'étant essentiel au bien-être d'un patient. Ce "l'esprit sain, raccordement de corps sain" l'a incité à communiquer fréquemment avec ses patients à un niveau amical, les encourageant à observer son conseil comme chemin à leur rétablissement et soutenant leur courage et détermination pour résister à la maladie et ayant pour résultat une convalescence prompte."
En son livre Doutes au sujet de Galen, Razi rejette plusieurs réclamations faites par le médecin grec, jusque la supériorité alléguée de la langue grecque et de beaucoup à lui cosmologique et vues médicales. Il lie la médecine avec la philosophie, et déclare que la pratique saine exige la pensée indépendante. Il rapporte que les descriptions de Galen ne sont pas conformes à ses propres observations cliniques concernant la course d'une fièvre. Et dans certains cas il constate que sa expérience clinique excède Galen.
Il a critiqué d'ailleurs la théorie de Galen que le corps a possédé quatre séparés "humeurs"(substances liquides), dont l'équilibre sont la clef à la santé et une corps-température normale. Une manière sûre de déranger un tel système était d'insérer un liquide avec une température différente dans le corps ayant pour résultat une augmentation ou une diminution de la chaleur corporelle, qui a ressemblé à la température de ce fluide particulier. Razi a noté particularry qu'une boisson chaude réchaufferait le corps à un degré beaucoup plus haut que sa propre température normale. Ainsi la boisson déclencherait une réponse du corps, plutôt que de de transférer seulement sa propre chaleur ou froideur à elle. (Cf. I. E. Goodman)
Cette ligne de la critique a essentiellement eu la potentialité pour détruire complètement Galen Théorie d'humeurs y compris la théorie d'Aristotele de Quatre Éléments, sur lequel il a été fondu. Les propres expériences alchimiques de Razi ont suggéré d'autres qualités de matière, telles que l'"oiliness" et l'"sulphurousness", ou inflammabilité et , qui n'ont pas été aisément expliqués par le feu, l'eau, la terre, et la division traditionnels d'air des éléments.
Le défi de Razi aux fondements courants de la théorie médicale étaient tout à fait controversé. Beaucoup l'accusent de l'ignorance et de l'arrogance, quoiqu'il ait à plusieurs reprises exprimé son éloge et gratitude à Galen pour ses contributions et travaux louables. énonciation :
"j'ai prié à Dieu pour me diriger et mener à la vérité pour écrire ce livre. Il s'afflige me pour s'opposer et critiquer à l'homme lequel de la mer de la connaissance j'ai dessiné beaucoup. En effet, il est le maître et je suis le disciple. Bien que cette volonté de vénération et d'appréciation et ne devrait pas m'empêcher de douter, comme le faisais je, ce qui est incorrect dans ses théories. J'imagine et me sens profondément à mon coeur que Galen m'a choisi pour entreprendre ceci chargent, et s'il étaient vivant, il m'aurait félicité sur ce que je fais. Je dis ceci parce que le but de Galen était chercher et trouver la vérité et d'apporter la lumière hors de l'obscurité. Je souhaite qu'en effet il aient été vivant pour lire ce que j'ai édité."
Puis, Razi visant défendent la grandeur de Galen et justifing sa propre critique, listes quatre raisons pour lesquelles les grands hommes font à plus d'erreurs que moins ceux, dues à :
  1. Négligence, en raison de trop de art de l'auto-portrait-confidence.
  2. Étant unmindful (indifférence) qui mène souvent aux erreurs.
  3. Tentation de continuer sur ses propres pensées ou impétuosité, étant convaincu de que ce qu'on indique ou est correct.
  4. Cristallisation de la connaissance antique, et le refus pour accepter le fait que les nouvelles données et idées indiquent que la connaissance de nos jours finalement pourrait surpasser cela des générations précédentes.
Razi a cru que les scientifiques et les disciples contemporains sont équipé de loin meilleur, plus bien informé, et plus compétent que les antiques, en raison de la connaissance accumulée à leur disposition. La tentative de Razi de renverser l'acceptation sans visibilité de la recherche encouragée et stimulée incontestée d'autorité de Sages antique, et des avances dans les arts, la technologie, et les sciences.

Livres sur la médecine

C'est une liste partielle des livres et des articles de Razi dans la médecine, selon Ibn Abi Usaybi'ah. Quelques livres ont pu avoir été copiés ou imprimés sous différents noms.

  • Al-Hawi, Al-Kabir d'Al-Hawi. En outre connu As La Vie Vertueuse, Continens Liber. La grande encyclopédie médicale contenant la plupart du temps des recettes et des cahiers de Razi.
  • Isbateh Elmeh Pezeshki, une introduction à la Science médicale.
  • Barre Elmeh Pezeshki de Dar Amadi
  • Jahez de tibb de Rade Manaategha '
  • Rade Naghzotibbeh Nashi
  • L'expérimentation de la Science médicale et de son application
  • Conseils
  • Kenash
  • La classification des maladies
  • Médecine Royale
  • Pour un sans docteur
  • Le livre de la médecine simple
  • Le grand livre de Krabadin
  • Le petit livre de Krabadin
  • Le livre de Taj ou Le livre de la couronne
  • Le livre des désastres
  • Nourriture et sa nocivité
  • Al-Hasbah de wa d'Al-Judari, le livre de la variole et rougeole
  • Ketab Padid dar Amadaneh Sangrizeh (calculs rénaux et le réservoir souple)
  • Ketabeh Dardeh Roodeha
  • La Virginie dar Dardeh Peyvandhayyeh Andam de Ketab Dard Paay
  • Ketab Falej dar
  • Le livre des maux de dent
  • Dar Hey'ateh Kabed
  • Dar Hey'ateh Ghalb (Au sujet Du Mal De Coeur)
  • Au sujet de la nature des médecins
  • Au sujet de l'Earwhole
  • Chiffon Zadan De Dar
  • Seydeh neh/sidneh
  • Ketabeh Ibdal
  • Nourriture Pour Des Patients
  • Soodhayeh Serkangabin
  • Darmanhayeh Abneh
  • Le livre des instruments chirurgicaux
  • Le livre sur l'huile
  • De Fruits Déjeuner Avant et après
  • Livre sur la discussion médicale (avec Jarir Tabib)
  • Livre sur la discussion médicale II (avec Abu Feiz)
  • Au sujet du cycle menstruel
  • Ghi Kardan
  • Neige et médecine
  • Neige et soif
  • Le Pied
  • Les Maladies Mortelles
  • Au sujet De l'Empoisonnement
  • Faim
  • Sol dans la médecine
  • La soif des poissons
  • Transpiration De Sommeil
  • Chaleur dans l'habillement
  • Ressort et maladie
  • Idées fausses d'médecins Capabilities
  • Le rôle social des médecins

Traductions

Les livres notables et les articles de Razi sur la médecine (en anglais) incluent :

  • Al Khavas de Mofid, le livre pour l'élite.
  • Le livre des expériences
  • La cause de la mort de la plupart des animaux en raison des vents toxiques
  • Les Expériences Des Médecins
  • La personne qui n'a aucun accès aux médecins
  • La Grande Pharmacologie
  • La Petite Pharmacologie
  • Goutte
  • Aile du nez Jalinoos de Shakook d'Al, le doute sur Galen
  • Pierres de rein et de réservoir souple
  • Ar-Ruhani de tibb de Ketab,Le Physik spirituel de Rhazes.

Alchimie

La transmutation des métaux

L'intérêt de Razi pour l'alchimie et sa croyance forte dans la possibilité de transmutation de peu de métaux à et était moitié certifiée par siècle après sa mort près An-Nadim d'Ibn'livre de s (La Pierre De Philosophes- Lapis Philosophorum dans le latin). Nadim a attribué une série de douze livres à Al-Razi, plus des sept additionnels, y compris sa réfutation à Al-Kindi'démenti de s de la validité de l'alchimie. Al-Kindi (801-873 BCE) avait été nommé par le fondateur de Ma'mum de Calife d'Abbasid de Bagdad, 'la Chambre de la sagesse 'du fait la ville, il était un philosophe et un adversaire de l'alchimie.
Enfin nous mentionnerons deux textes alchimiques les plus connus de Razi, qui ont en grande partie remplacé des ses plus tôt : Al-Asrar ("les secrets"), et Al-Asrar de Sirr ("le secret des secrets"), qui incorpore une grande partie des travaux précédents.

Apparemment les contemporains de Razi ont cru qu'il avait obtenu le secret de la rotation et cuivre dans . Biographe Khosro Moetazed rapports dedans Mohammad Zakaria Razi qu'un certain Le Général Simjur Razi confronté l'en public, et demandé si c'était la raison fondamentale pour que sa bonne volonté traite des patients sans honoraires. "il s'est avéré pour les participants que Razi était peu disposé à répondre ; il a regardé en longueur le général et a répondu ":

"je comprends que l'alchimie et moi avaient travaillé aux propriétés caractéristiques des métaux pendant un temps prolongé. Cependant, il ne s'est toujours pas avéré être évident à moi, comment on peut convertir l'or du cuivre. En dépit de la recherche de l'excédent fait par scientifiques antiques les siècles passés, il n'y a eu aucune réponse. Je doute beaucoup de s'il est possible..."

Instruments et substances chimiques

Razi a développé plusieurs instruments chimiques qui restent en service à ce jour. Il est connu pour avoir perfectionné des méthodes de et extraction, dont ont mené à sa découverte (par distillation sèche de vitriol, (Al-zajat) et . Ces découvertes ont préparé le terrain pour d'autres alchimistes islamiques, tels que la découverte de divers autres acides minéraux par Jabir Ibn Hayyam (connu comme Geber en Europe).

Hermeticism

La source de l'alchimie peut être tracée au Hermetica, les écritures ont attribué à Hermes Trismegistus, Hermes Trois fois-Grand qui est identifié avec le dieu égyptien Thoth, l'inventeur de l'alchimie et le dieu de la sagesse. Il était en Egypte antique qui Hermetica émergé et atteint l'état maintenant évident dans divers traités des alchimistes et des philosophes Arabes. Hermeticism entoure l'art de l'alchimie (alchimie) 'technique 'et 'philosophique 'aussi bien que l'astrologie et la magie talismanic. De même que peuvent dedans ainsi d'autres respects, les musulmans et d'autres non-Européens de l'antiquité en retard et les âges moyens jeune ont surpassé leurs contemporains occidentaux en préservant et en prolongeant la tradition hermétique. Les travaux alchimiques ont commencé à entrer dans les terres islamiques d'Alexandrie dès le 7ème siècle, même avant Al-Hayan de Jabir (connu sous le nom de Geberu). Beaucoup d'alchimistes Arabes ont émergé puisqu'et la plupart d'entre eux était des médecins, juste comme Al-Razi. Leurs expériences alchemistical mènent à la découverte de beaucoup d'inventions médicinales et chimiques qui ont créé la base pour de futurs développements en les deux sciences.

L'alchimie de Razi, comme sa pensée médicale luttée dans le cocon de hylomorphism. Il écarte l'idée des breuvages magiques et se passe d'un appel à la magie, magie signifiant la confiance dans des symboles en tant que causes. Bien que Razi ne rejette pas l'idée que les miracles existent, dans le sens des phénomènes non expliqués en nature, son magasin alchimique ait été enrichi avec des produits de l'exploitation et de la fabrication persanes, même avec chlorure d'ammonium une découverte chinoise. Il a compté principalement sur le concept des formes ou des essences 'dominantes ', qui est de la causalité plutôt qu'une approche intellectuelle ou mécanique. L'alchimie de Razi avance des qualités empiriques telles que la salinité et l'inflammabilité - le dernier associé aux 'oiliness et 'aux sulphurousness. Ces propriétés ne sont pas aisément expliquées par la composition traditionnelle des éléments comme : le feu, l'eau, la terre et air, As Al-óhazali et d'autres après qu'il aient été rapide pour noter, influencé par des pensées critiques telles que Razi ont eu.

Le commandant travaille à l'alchimie

les accomplissements d'Al-Razi's sont d'importance exceptionnelle dans l'histoire de la chimie, puisqu'en ses livres nous trouvons pour la première fois une classification systématique des faits soigneusement observés et vérifiés concernant les substances chimiques, réactions et appareil, décrits dans une langue presque entièrement exempte du mysticisme et de l'ambiguïté. L'arrangement de Razi de la classification des substances utilisées dans la chimie montre la recherche saine sur sa partie.

  • Le Secret (Al-Asrar)
Ce livre a été écrit en réponse à une demande de l'ami étroit de Razi, du collègue, et de l'ancien étudiant, Abu Mohamed b. Yunis de Boukhara, un musulman , fortement un honorable .
En son livre Al-Asrar de Sirr, Razi divise le sujet de la "matière 'dans trois catégories comme il a fait en son livre précédent Al-Asrar.
  1. La connaissance et identification des composants de drogue d'usine -, animal et minerai-origine et la description du meilleur type de chacun pour l'utilisation dans le traitement.
  2. La connaissance de l'équipement et des outils d'intérêt à et utilisé par l'alchimiste ou l'apothicaire.
  3. La connaissance de sept : sublimation et condensation de , de la calcination de soufre et d'arsenic de minerais (, , cuivre, , et ), , , , coquilles, et .
Cette dernière catégorie contient en plus une description d'autres méthodes et applications utilisées dans la transmutation :
* Le mélange et l'utilisation supplémentaires des véhicules dissolvants.
* La quantité de la chaleur (le feu) utilisée, de 'corps et de pierres, ('Al-ajsad 'et 'Al-ahjar) cela bidon ou ne peut pas être converti dans les substances corporelles tels de métaux et de sels d'identification ('Al-amlah ').
* L'utilisation d'un mordant liquide qui colore rapidement et de manière permanente peu de métaux en vente plus lucrative et bénéfice.
Semblable au commentaire sur le 8ème texte de siècle sur des amalgames attribués à Al Hayan (Jabir), Razi donne des méthodes et des procédures de couleur d'un objet argenté pour imiter l'or (pousser des feuilles d'or) et la technique renversée d'enlever sa couleur de nouveau à l'argent. Dorure et argenture d'autres métaux (alun, sels, fer, cuivre, et tutty de calcium) sont également décrits, comme comment les couleurs veulent durent pendant des années sans se ternir ou changer. Derrière ces procédures on ne trouve pas un motif trompeur plutôt une délibération technique et économique. Ceci devient évident de la citation de l'auteur des prix du marché et du triomphe exprimé de l'artisan, de l'artisan ou de l'alchimiste déclarant les résultats de leurs efforts "de lui faire le regard exactement comme l'or !". Cependant, un autre motif était impliqué, à savoir, pour fabriquer quelque chose ressemblant à l'or à vendre rapidement ainsi pour aider un bon ami qui s'est avéré justement avoir besoin d'argent rapidement. Pourrait-ce être la technique alchimique de Razi des métaux d'argenture et de dorure qui ont convaincu beaucoup de biographes musulmans qu'il était premier un bijoutier avant qu'il se soit tourné vers l'étude de l'alchimie ?
De grand intérêt pour le texte est la classification de Razi de dans six divisions, montrant à sa discussion une connotation chimique moderne :
  1. Quatre SPIRITUEUX (AL-ARWAH) : , chlorure d'ammonium, , et (orpiment et realgar).
  2. Sept CORPS (AL-AJSAD) : , , cuivre, , (plumbago), (Kharsind), et .
  3. Treize PIERRES : (AL-AHJAR) Pyrites marcasite (marqashita), magnésie, malachite, tutty Oxyde de zinc (tutiya), talc, , , magnésie, hématite (oxyde de fer), oxyde, mica et amiante arsenicaux et (alors identifié comme fait de sable et alcali desquels le cristal transparent Damascène est considéré le meilleur),
  4. Sept VIRIOLS (AL-ZAJAT) : (ak-shubub), et blanc (qalqadzs), noir, rouge, et jaune (qulqutar) vitriols (les sulfates impurs du fer, du cuivre, etc...), vert (qalqand).
  5. Sept BORATES : tinkar, natron, et borate de sodium impur.
  6. Onze SELS (AL-AMLAH): y compris la saumure, commune (table) , , naphte, de phase chaux, et , , et sels de mer. Alors il séparément définit et décrit chacune de ces substances et leur choix supérieur, meilleures couleurs et diverses adultérations.
Razi donne également une liste d'appareil utilisé en alchimie que ceci se compose de 2 classes :
  1. Instruments utilisés pour la dissolution et la fonte des métaux tels que le foyer du forgeron, le soufflet, le creuset, les lanières (langue ou poche), le macerator, remuant le moule de tige, de coupeur, de rectifieuse (pesstle), de dossier, de cisaillements, descensory et de semi-finale-cylindrical de fer.
  2. Les ustensiles effectuaient les proces de la transmutation et de diverses pièces de l'appareil de distillation : la cornue, casserole alembic et peu profonde de fer, traîne le four et les ventilateurs, le grand four, le fourneau cylindrique, les tasses en verre, les flacons, les phials, les bechers, l'entonnoir de verre, le creuset, l'alundel, les lampes de chauffage, le mortier, le chaudron, le cheveu-tissu, le sable et le bain d'eau, le passoir, le mortier en pierre plat et le échauffer-plat.
  • Secret des secrets (Al-asrar De Sirr)
C'est le livre le plus célèbre de Razi qui a gagné beaucoup d'identification dans l'ouest. Le voici qui donne une attention systématique aux opérations chimiques de base importantes pour l'histoire de la pharmacie.

Livres sur l'alchimie

Voici une liste des livres connus de Razi sur l'alchimie, la plupart du temps dedans :

  • Modkhele Taalimi
  • Elaleh Ma'aaden
  • Isbaate Sanaa'at
  • Ketabeh A chanté
  • Ketabe Tadbir
  • Ketabe Aksir
  • Ketabe Sharafe Sanaa'at
  • Ketabe Tartib, Ketabe Rahat, Le Livre Simple
  • Ketabe Tadabir
  • Ketabe Shavahed
  • La Virginie Sim de Ketabe Azmayeshe Zar (Expérimentation sur l'or)
  • Ketabe Serre Hakimaan
  • Ketabe Serr (Le livre des secrets)
  • Ketabe Serre Serr (Le secret des secrets)
  • Le premier livre sur des expériences
  • Le deuxième livre sur des expériences
  • Resaale'ei Soit Faan
  • Arezooyeh Arezookhah
  • Une lettre à Vazir Ghasem ben Abidellah
  • Ketabe Tabvib

Philosophie

Sur l'existence

Razi a cru qu'un médecin compétent doit également être a philosophe puits versé dans les questions de principe fondamental concernant l'existence :

"il a proclamé l'absolutisme de Euclidien et Zeit als die natürliche Grundlage der Welt, in der Männer lebten, aber behob das Dilemma der existenten Unbegrenztheiten, indem sie diese Aussicht mit der Atomtheorie von synthetisierte , qui a identifié que la matière a existé sous forme d'indivisible et de sondable . La continuité de l'espace, cependant, prises dues à l'existence de vide, ou une région manquant de la matière... C'est remarquablement près des systèmes rapportés par les découvertes de tels plus défunts scientifiques européens As et , aussi bien que les travaux d'observation et théoriques de l'astronome moderne Halton arp et du philosophe d'Objectivist Michael Miller. Le progrès, selon l'opinion de tous ces hommes, ne doit pas être obstrué par un pêle-mêle des affirmations relativistes aléatoires et contradictoires qui ont comme conséquence le mélange incongru métaphysique au lieu d'une base intellectuelle vigoureuse. Même en vue de le charger du philosophe, Rhazes l'a considéré progresser au delà du niveau de ses professeurs, augmenter l'exactitude et la portée de sa doctrine, et s'élever individuellement sur un avion intellectuel plus élevé."(G. Stolyarov II)

Razi est connu pour avoir été une libre-pensée , puisqu'il était bien élevé dans antique bien que son approche à la chimie ait été plutôt naturaliste.D'ailleurs il allait bien versé dans la théorie de musique, en tant que tant d'autres scientifiques islamiques de ce temps.

Métaphysique

Ses idées sur la métaphysique ont été également basées sur les travaux des grands Grecs :

"le métaphysique doctrine d'Al-Razi, en tant que il peut être reconstruit, dérive de son concept des cinq éternels principes. Dieu, pour lui, 'ne crée pas 'le monde de rien mais s'charge plutôt du a hors des principes préexistants. Son compte de l'âme comporte une origine mythique du monde en lequel Dieu hors de pitié façonne une cour de jeu physique pour l'âme en réponse à ses propres désirs ; l'âme, une fois tombée dans nouveau Dieu de royaume a conduit à elle, exige de de cadeau de Dieu davantage d'intellect afin de trouver son chemin une fois de plus à et liberté. Dans cet arrangement, l'intellect ne semble pas comme principe séparé mais est plutôt une grace postérieure de Dieu à l'âme ; l'âme devient intelligente, possédé de la raison et donc capable discerner la valeur relative les quatre des autres principes. Considérant que les cinq principes sont éternels, l'intellect en tant que tel n'est apparemment pas. Une telle doctrine d'intellect est brusquement en désaccord avec celle de tous les contemporains philosophiques de Razi, qui sont en général des adhérents d'une certaine forme de Neoplatonism ou d'Aristotelianism. Les trois principes restants, , et , de non-animent des composants du monde normal. L'espace est défini par le rapport entre l'individu particules de , ou atomes, et le vide qui les entoure. Plus la densité des atomes matériels sont grande, le plus lourd et plus plein l'objet résultant ; réciproquement, plus la partie du vide sont grande, l'allumeur et moins plein. Le temps et la matière ont une forme absolue et sans réserve et une forme limitée. Ainsi il y a une question absolue - ampleur pure que ne dépend pas de quelque façon de l'endroit, juste comme il y a un temps, dans ce sens, qui n'est pas défini ou n'est pas limité près . La période absolue d'Al-Razi est, comme , infini; il dépasse ainsi le temps qu'Aristote a confiné à la mesure du mouvement. Razi, lorsqu'il s'agit de temps et de matière, a bien su il a différé d'Aristote et également a entièrement accepté et a prévu les conséquences inhérentes à ses positions de anti-sémitisme-ambulant."(Paul E. Marcheur)

Il est tout à fait évident que la plupart de ses pensées aient été dérivées du , qui est démontré clairement en son livre : La Métaphysique.

Extrait de L'Approche Philosophique

"(...) en bref, alors que j'écris le livre, j'ai écrit jusqu'ici autour 200 livres et articles sur différents aspects de la science, philosophie, théologie, et [ [hekmat] ] (sagesse). (...) je n'ai jamais écrit le service de n'importe quel roi en tant qu'un homme militaire ou homme de bureau, et si je jamais avais une conversation avec un roi, elle n'a jamais dépassé ma responsabilité et conseil médicaux. (...) ceux qui m'ont vu savoir, celui je pas dans l'excès avec manger, boire ou agir la manière fausse. Quant à mon intérêt pour la science, les gens connaissent parfaitement le puits et doivent avoir été témoin de comment j'ai consacré toute ma vie à la science depuis ma jeunesse. La ma patience et diligence à la poursuite de la science a été telle que sur une édition spéciale spécifiquement j'ai écrit 20.000 pages (dans la petite copie), d'ailleurs j'ai passé quinze ans de ma vie - la nuit et le jour écrivant la grande collection ont eu droit Al Hawi. C'était pendant ce temps que j'ai perdu ma vue, ma main est devenu paralysé, avec le résultat que je suis maintenant privé de la lecture et de l'écriture. Néanmoins, je n'ai vers le haut jamais donné, mais ai gardé sur la lecture et l'écriture avec l'aide de d'autres. Je pourrais faire des concessions avec mes adversaires et admettre quelques imperfections, mais je suis le plus curieux ce qu'elles doivent indiquer au sujet de mon accomplissement scientifique. S'ils considèrent mon approche incorrecte, ils pourraient présenter leurs vues et énoncer leurs points clairement, de sorte que je puisse les étudier, et si je déterminais leurs vues pour avoir raison, je l'admettrais. Cependant, si j'étais en désaccord, je discuterais du point pour prouver mon point de vue. Si ce n'est pas le cas, et ils sont en désaccord simplement avec mon approche et façon de vivre, je les apprécierais emploie seulement mon connaissance écrite et cesse d'interferring avec mon comportement."
"dans"Biographie Philosophique", comme vu ci-dessus, il a défendu son style de vie personnel et philosophique. Dans ce travail il a présenté un cadre basé sur l'idée qu'il y a la vie après la mort complètement du bonheur, ne souffrant pas. Plutôt que d'être art de l'auto-portrait-indulgent, homme la connaissance de persue, utiliser son intellect et appliquer la justice dans sa vie.
Selon Al-Razi : "est ce ce que notre créateur compatissant veut. Celui à qui nous prions pour la récompense et à qui punition nous craignons."
En bref, l'homme devrait être aimable, doux et juste. Al-Razi a cru qu'il y a un rapport étroit entre l'intégrité spirituelle et la santé physique. Il n'a pas impliqué que l'âme pourrait éviter la détresse due à sa crainte de la mort. Il déclare simplement que cet état psychologique ne peut pas être évité complètement à moins que l'individu soit convaincu que, après la mort, l'âme mènera une meilleure vie. Ceci exige une étude complète des doctrines et/ou des religions ésotériques. Il se concentre sur l'opinion de certains qui pensent que l'âme périt quand le corps meurt. La mort est inévitable, donc on ne devrait pas préoccuper l'esprit avec lui, parce que toute personne qui pense sans interruption à la mort deviendra affligée et pensera comme si il meurt quand il considère sans interruption sur ce sujet. Par conséquent, il devrait oublier lui afin d'éviter de se déranger. En contemplant son destin après la mort, un homme bienveillant et bon qui agit selon les ordonnances de l'islamique Shari`ah, a l'afterall rien à craindre parce qu'il indique qu'il aura le confort et le bonheur permanent dans ci-après. Celui qui doute du Shari`ah, pouvez le contemplent, et s'il fait dilligently ceci, il ne déviera pas du chemin droit. S'il fait défaut, Allah l'excusera et pardonnera ses péchés parce qu'on ne lui exige pas de lui de faire quelque chose qu'il ne peut pas réaliser."(Dr. Muhammad Abdul-Hadi Abu Reidah)

Livres sur la philosophie

C'est une liste partielle des livres de Razi sur la philosophie. Quelques livres ont pu avoir été copiés ou édités sous différents titres.

  • Le petit livre sur Theism
  • Réponse à Abu Braw
  • Le livre plus grand sur Theism
  • Philosophie Moderne
  • Dar Roshan Sakhtane Eshtebaah
  • Dar Enteghaade Mo'tazlian
  • Barre Motekaleman De Delsoozi
  • Meydaneh Kherad
  • Khasel
  • Resaaleyeh Rahnamayeh Fehrest
  • Ghasideyeh Ilaahi
  • Dar Alet Afarineshe Darandegan
  • Shakkook
  • Naghseh Ketabe Tadbir
  • Naghsnamehyeh Ferforius
  • Appelez soit Hasanebne Moharebe Ghomi

Les livres notables en anglais sont :

  • Médecine Spirituelle
  • L'Approche Philosophique (Al Falsafiah de Syrat d'Al)
  • La Métaphysique

Citations de Rhazes

Laissez votre première pensée être de renforcer votre vitalité normale.
La vérité dans la médecine est un but inaccessible, et l'art comme décrit en livres est lointain sous la connaissance d'un médecin expérimenté et pensif.

Demandé si un philosophe peut suivre une religion prophétiquement indiquée, Al-Razi répond franchement :

Comment est-ce que n'importe qui peut penser philosophiquement tout en écoutant les contes des vieilles épouses fondés sur les contradictions, qui endurcissent l'ignorance, et le dogmatisme ?
Le gentility du caractère, de l'amitié et de la pureté de l'esprit, sont trouvés dans ceux qui sont capable de la pensée profondément sur les sujets abstrus et les minuties scientifiques.
L'homme devrait s'empresser de se protéger contre l'amour avant de succomber à lui et de nettoyer son âme d'elle quand il tombe.
Le art de l'auto-portrait-admirer, généralement, ne devrait pas s'améliorer ni être si vaniteux qu'il s'élève au-dessus de ses contre-parties. Ni l'un ni l'autre si il se déprécie à tel point qu'il devient inférieur à ses propres pairs ou à ceux qui sont inférieur à lui et au sien pas fellowmen aux yeux de d'autres. S'il suit ce conseil, il sera libéré de art de l'auto-portrait-admiration et de sentiments d'infériorité, et les gens l'appelleront un qui se sait vraiment.

Une fois interrogé au sujet de l''envie ', Razi répond :

Il résulte d'une accumulation d'avarice et d'avarice dans l'âme, étant l'une des maladies qui causent le mal sérieux à l'âme.

Citations sur Rhazes

"Rhazes était le plus grand médecin de l'Islam et des âges médiévaux."- George Sarton
"Rhazes est resté jusqu'au 17ème siècle l'autorité indisputable de la médecine."- L'Encyclopédie Islamique
"Ses écritures sur la variole et la rougeole montrent l'originalité et l'exactitude, et son essai sur les maladies infectieuses était le premier traité scientifique sur le sujet."- le bulletin de l'organisation mondiale de la santé (mai 1970)
"En monde d'aujourd'hui nous tendons à voir l'avance scientifique comme produit de grands mouvements, de projets accorder-placés massifs, et de forces socio-économiques de la grand-que-vie. Il est facile d'oublier, donc, que beaucoup de contributions ont provenu des différents efforts des disciples comme Rhazes. En effet, la pharmacie peut tracer beaucoup de ses bases historiques aux accomplissements singuliers de ce disciple de Persan de neuvième-siècle."- Michael E. Flannery

Voyez également : Liste de scientifiques persans

Références et davantage de lecture

  • M. M. SHARIF, une histoire de philosophie musulmane
  • Paul Kraus, Opéra Philosophica:
    • Je recommande tous pour me référer à ce livre : C'est la seule édition des livres philosophiques d'Al-Razi's et des fragments encore existants, travail de Paul Kraus : Abi Bakr Mohammadi Filii Zachariae Raghensis ou opéra Philosophica, superssunt de quae de fragmentaque. Collegit et edidit Paulus Kraus.Pairs Antérieurement. Cahirae MCMXXXIX.

Seulement le premier volume a été édité depuis P. Le suicide de Kraus a empêché le publiction du deuxième volume pour lequel il avait déjà recueilli une grande quantité de matériel. Ce matériel a été transféré, après sa mort, au d'Archeologie d'Institut Francais Orientale, au Caire, lui reste toujours à éditer.

  • Marcheur, P. "les implications politiques de la philosophie d'Al-Razi's", en C. Butterworth (ED) Les aspects politiques de la philosophie islamique, Cambridge, MA : Pression D'Université De Harvard, 61-94.(1992)
  • Motazed, K. Mohammad Zakaria Razi
  • Stolyarov II, H. "Rhazes : Le médecin occidental de pensée ", dans : L'Argumentator Raisonnable, Issue VI.(2002) [ 1 ]


BIBLIOGRAPHIE

A. Sources Antiques

Al-Nadim d'Ibn, Fihrist, (ED Flugel), pp. 299 et sqq.
Al-Andalusi de Sa'id, Al-Umam de Tabaqat, p. 33.
ibn Juljul, W-Al-Hukama d'Al-Atibba de Tabaqat, (ED Fu'ad Sayyid), le Caire, 1355/1936, pp. 77-78.
Al-Biruni, Epitre de Beruni, ouvres contenant de Muhammad de le repertoire des ibn Ar-Razi de Zakariya, publiee P par. Kraus, Paris, 1936.
Al-Baihaqi, Al-Hikma de Tatimmah Siwan, (ED M. Ghafi), Lahore, 1351/1932
Al-Qifti,Al-Hukama de Tarikh, (ED Lippert), pp. 27-177.
abi Usaibi'ah d'ibn,Al-Atibba d'Al-Anba fi Tabaqat d'Uyun, vol.. I, pp. 309-21.
Al-'Ibri d'ibn d'Al-Faraj d'abu (Barre-Hebraeus),Al-Duwal de Mukhtasar Tarikh, (ED A. Salhani), p. 291.
Ibn Khallikan, Al-A'yan de Wafayat, (ed. Al-Vacarme 'Abd al-Hamid de Muhyi), le Caire, 1948, non. 678. pp. 244-47.
Al-Safadi, Al-Himyan de Nakt, pp. 249-50.
Al-'Imad d'Ibn, Al-Dhahab de Shadharat, vol.. II, p. 263.
Al-'Umari, Al-Absar de Masalik, vol.. Partie 2, FF de V. 301-03 (copie de photostat en Al-Misriyyah d'Al-Kutub de Dar).

B. Études Modernes

G..S. A. Rang, La vie et les travaux de Rhazes, dans les démarches du dix-septième congrès international de Medicine, Londres, 1913, pp. 237-68.
J. Ruska, Al-Razi's de Schriften de matrice d'und de Leben de das de fourrure de Quelle d'als d'Al-Biruni, Isis, vol.. V, 1924, pp. 26-50.
Neuer Chemie, Deutsche Literaturzeitung d'einer de Bahnbrecher d'als d'Al-Razi, 1923, pp. 118-24.
L'Islam de der d'Al-Razi's d'Alchemie de matrice, vol.. Xxii, pp. 283-319.
Der Razi-Forschung de stand de gegenwartigen de repaire d'Uber, scienza de della d'Archivio di stori, 1924, vol.. V, pp. 335-47
H. H. Shader, ZDMG, 79, pp. 228-35 (voir la traduction dans l'arabe par Abdurrahman Badawi dedans Al-Kamil d'Al-Insan, Islamica, Vol.. XI, le Caire, 1950, pp. 37-44).
E. O. von Lippmann, Der Alchemie d'Ausbreitung d'und d'Entstehung, vol.. II, p. 181.
S. Pins, Les ar-Razi d'Atomenlehre de matrice dans le zur de Beitrage islamischen Atomenlehre, Berlin, 1936, pp. 34-93.
DR. Al de Mahmud Najmabadi, ibn Zakariya de Shah Hal Muhammad, (1318/1900) DES d'Encyclopaedie Islams, s. v. (par Ruska).
Gamil Bek, Al-Jauliar d'Uqud, vol.. I, pp. 118-27.
Izmirli Haqqi, Ilahiyat, Fak. Macm., vol.. I, p. 151 ; Vol.. II, p. 36. vol.. III, pp. 177 et seq.
Abdurrahman Badawi, L'Al-Islam minimum Islamica d'Al-Ilhad fi de Tarlkh, vol.. II, le Caire, 1945, pp. 198-228.
Hirschberg,Der Augenheilkunde de Geschichte, p. 101.
E. G.Browne, Médecine Arabe, Cambridge, 1921, pp. 44-53.
M. Meyerhof, Legs de l'Islam, pp. 323 et seq.
F. Wustenfeld, Und Naturforscher d'Arabischen Arzte de der de Geschichte, ftn. 98.
L. Leelerc, Arabe de Histoire de la medicine, Paris, 1876, Vol.. I, pp. 337-54.
H. P. J. Renaud, Les propos du millenaire de Rase, dans le d'Histoire de la medicine de de la Societe Irancaise de bulletin, Trouble-avril, 1931, pp. 203 et seq.
A. Eisen, Al-Razi de Kimiya, RAAD, DIB, 62/4.
Aldo Mieli, Arabe de la science de La, Leyde, 1938, pp. 8. 16. Nasr, La Science et civilisation dans l'Islam, voyez. Rase : Le secret des secrets, p.273. également pp.197-200, et Anawati : Arabe de L'Alchemie dans Rased.
A.J. Arberry (transl.), Le Physik spirituel de Rhazes (Londres, John Murray 1950).


C. Éditions des travaux philosophiques.

Voir le Brockelmann pour le manuscrit des livres existants d'Al-Razi's en général, voir le Brockelmann, le gallon, I, pp. 268-71 (deuxième édition), supplément., vol.. I, pp. 418-21. Cf. Paul Kraus : Abi Bakr Mohammadi Filii Zachariae Raghensis, Opéra Philosophica, superssunt de quae de fragmentaque. Collegit et edidit Paulus Kraus. Pairs Antérieurement. Cahirae MCMXXXIX.

Voyez également

Liens externes

 

  > Français > en.wikipedia.org (Traduit par ordinateur dans le Français)