Éjaculation femelle

Éjaculation femelle (familièrement connu comme "injectant" ou "jaillissant") se rapporte à l'expulsion des quantités apparentes de de ou près pendant la stimulation sexuelle à ou près de . Le fluide expulsé est rapporté différemment comme :

  • , probablement dû à incontinence d'effort,
  • Un fluide clair ou laiteux qui émerge (parfois avec la force), a une composition semblable au fluide produit dans les mâles par , et est produit près , et
  • Un mélange de ces deux fluides.


Table des matières

La nature de l'éjaculation femelle

Actuellement, la nature de l'éjaculation femelle est toujours tout à fait peu claire. D'un point de vue scientifique, il y a seulement quelques articles en journaux médicaux traitant cette matière. Presque tous ces articles ne donnent aucune donnée sérieuse au sujet de l'origine ou de la composition du fluide expulsé. Plus mauvais encore, les quelques données disponibles sont contradictoires. Sans n'importe quel doute il y a une perte de fluide pendant la stimulation ou l'orgasme sexuelle dans quelques femmes.

Dans beaucoup de comptes personnels on ne l'a certifié que le éjaculer est éjecté quelque part en dedans du vagin, pas l'urètre. Dans d'autres cas il semble que l'urination accidentel a été erroné pour l'éjaculation femelle authentique. On l'a également suggéré qu'un des composants du éjaculer puisse être un glucose, qui lui donne un goût légèrement doux. En raison de la grande variété de comptes personnels il est difficile d'éplucher loin les anecdotes pour arriver à une conclusion définitive, même si la réponse peut être tout à fait claire pour ceux qui jugent qu'ils l'ont éprouvée ou ont été témoin.

Les glandes entourant l'urètre femelle sont différemment connues comme glandes paraurethral, glandes periurethral, les glandes de Skene, "la prostate femelle", ou éponge uréthrale, et sont le tissu spongieux lié au . La limite Les glandes de Skene seulement deux à l'origine visés de ces glandes qui ont eu des ouvertures évidentes à la bouche de l'urètre et des autres ont été indiqués les glandes paraurethral bien que les deux termes soient souvent employés sans précision pour se rapporter à toutes les glandes.

En plus du fluide des glandes et de l'urine paraurethral du réservoir souple, le fluide a pu être expulsé du vagin dû à une réduction soudaine de la taille due aux contractions de muscle.

Dans le développement foetal précoce, tous les foetus sont physiquement femelles et contiennent les organes rudimentaires tels que lesquels, sous l'influence des signaux moléculaires et , se développent en mâle ou femelle . Il y a des structures et des organes dans chaque genre qui sont analogues entre eux : Les mâles et les femelles tous les deux ont qui partagent les rôles semblables dans l'éveil sexuel, bien que la femelle exécutent également une fonction dans l'élevage d'enfant ; l'origine du tissu du clitoris est exactement la même que dans le pénis et devient gonflée avec le sang et érige pendant l'éveil, atteignant par la suite l'orgasme ; les femelles ont également une structure analogue au mâle . La prostate est a (i.e.) faisceau en forme d'anneau des glandes qui encerclent la base de l'urètre et du produit plus du contenu dedans fluide séminal. Dans les femelles, ceci s'appelle l'éponge uréthrale, et remplit la même fonction dans le respect à l'éjaculation femelle. Il encercle l'urètre et contient jusqu'à 30 glandes qui gonflent avec l'excitation sexuelle se levante. Le fluide qui est créé pendant l'éveil sexuel dans des ces glandes est un semblable liquide alkalin au fluide prostatique masculin. C'est ce fluide qui compose la femelle éjaculer.

Recherche

En 2002, Emmanuele Jannini de Université De L'Aquila en Italie montrée une explication pour ce phénomène aussi bien que pour les démentis fréquents de son existence. Les ouvertures de la glande de Skene sont habituellement la taille des trous d'épingle, et changent dans la taille d'une femme à l'autre, au point où elles semblent être absentes entièrement dans quelques femmes. Si les glandes de Skene sont la cause de l'éjaculation femelle, ceci peut expliquer l'absence observée de ce phénomène dans beaucoup de femmes. Éjaculation rétrograde, où les voyages liquides vers le haut de l'urètre vers le réservoir souple (observé dans 75% de sujets d'expérience) pourraient également expliquer l'absence observée.

L'éjaculation chez les femmes semble être facilitée ou provoquée par la stimulation du secteur du vagin connu sous le nom de tache de Gräfenberg (souvent simplement connue sous le nom de G-tache). La teneur du fluide éjaculé est l'une ou l'autre toute l'urine, toute éjaculez, ou une combinaison de tous les deux.

Les études du fluide ont éjaculé par l'urètre ont montré une composition chimique différente que l'urine bien que l'urine puisse également être présente. , phosphatase acide prostatique, et antigène de détail de prostate apparaissez dans la femelle éjaculent avec des niveaux plus bas de et créatine que trouvé en urine. Dans certains cas, éjaculez a été différencié de l'urine par l'absence de (après avoir mangé de l'asperge) ou a .

Dans la société

Pornographie

Dans certains films pornographiques, des femmes sont montrées éjaculant un espace libre ou un fluide laiteux. Prétendument, une partie de ceci est faite par le tour éditant ou le vagin de la femme est rempli de fluides à partir des sources extérieures ; avec l'appareil-photo dessus, la femme peut alors expulser le fluide. Dans d'autres cas, le fluide est clairement vu comme venant de son urètre, à la vitesse élevée. La validité de la pornographie en tant que médias des recherches est contestée a basé sur la croyance commune que la pornographie est un acte, ou l'exagération de vraies occurrences. Il est fortement possible que l'urination soit parfois employé dans ce contexte pour fournir l'illusion d'une éjaculation femelle. Ceci peut se produire parce qu'un volume plus élevé de liquide peut être vu et enregistré par urination par opposition à l'éjaculation véritable.

Transsexualisme

Éjaculation femelle dans postopératoire a été également rapportées. La source de ce fluide serait très probablement la glande de prostate, pendant laquelle n'est pas enlevé vaginoplasty.

Censure de film britannique

Dans , Panneau britannique de classification de film nie l'existence du phénomène de l'éjaculation femelle, concernant lui à la place comme urination pendant le sexe, de ce fait interdisant sa description selon ses règles interdisez dont la description .

Références

  • Addiego, F., Belzer, E. G., Comolli, J., Moger, W., Perry, J. D., Et Whipple, B. (1981). Éjaculation femelle : Une étude de cas. Le journal de la recherche de sexe, 17, 13-21.

Liens externes

 

  > Français > en.wikipedia.org (Traduit par ordinateur dans le Français)