Poche De Kamenets-Podolsky

Bataille de la poche de Kamenets-Podolsky

Écart-type Allemand.Kfz 251 séries porteurs blindés de personnel de Korpsgruppe Breith.
Conflit: La Deuxième guerre mondiale
Date: Mars 25, 1944 - Avril 15, 1944
Endroit: Kamenets-Podolsky / Tarnopol, L'URSS
Résultats: Défaite Soviétique ; Évacuation Allemande
Combattants
L'Allemagne Union Soviétique
Commandants
Von Manstein D'Erich (Sud De Groupe D'Armée)
Hans-valentin Hube (Première Armée De Panzer)
Georgi Zhukov
Nikolai Vatutin (1er avant d'Ukrainien)
Ivan Koniev (2ème avant d'Ukrainien)
Force
200.000 500.000
Accidents
? ?
357 réservoirs
Guerre Soviétique-Allemande
Barbarossa - Silberfuchs - Smolensk - Uman - 1er Kiev - Ouragan - 1er Rostov - Léningrad - Moscou - Sébastopol - 1er Rzhev-Vyazma - 2ème Kharkov - 1er Voronezh - Edelweiss - Stalingrad - Velikiye Luki - Uranus - 2ème Rzhev-Sychevka - Saturne - 3ème Kharkov - Kursk - Belgorod - 4ème Kharkov - Korsun - Narva - La Poche De Hube - Bagration - Lvov-Sandomierz - 2ème Kiev - Debrecen - Vistula-Oder - Balaton - Berlin - Halbe - Prague

Bataille de la poche de Kamenets-Podolsky, également connu As La Poche De Hube, était une bataille sur Avant Oriental de La Deuxième guerre mondiale. En mars 1944 deux Soviétique les avants ont encerclé Generaloberst Hans-valentin Hube's 1er Armée De Panzer nord de Dniestr fleuve. Les Allemands ont échappé à la poche dans l'économie d'avril plus de leurs hommes mais de perdre leur équipement lourd.

Table des matières

Attaque

Dans la mi-février 1944, 1er Armée De Panzer trouvé défendant la ligne en Ukraine du nord-ouest. L'armée avait juste accompli des opérations pour sauver les deux corps emprisonnés dans Poche De Korsun-Tcherkassy, ce qui avait épuisé l'armée III Panzerkorps.

En Février 1944, la 1ère armée de Panzer, commandé par Generaloberst Hans-valentin Hube composé quatre corps, trois dont étaient réservoir-lourds Panzerkorps (une force d'approximativement 20 divisions). En même temps que les unités d'armée ci-jointes, d'abord comporté plus de 200.000 hommes, et était la force la plus puissante du maréchal de champ Von Manstein D'Erich's Sud De Groupe D'Armée. L'annihilation de la première armée de Panzer aurait comme conséquence un effondrement de l'avant entier de sud-eastern.

Maréchal Soviétique Georgi Zhukov a réalisé ceci et a commencé à travailler pour provoquer le 1er déclin. Zhukov a projeté une attaque commune, impliquer ses propres 1er et Ivan Koniev's 2ème avant d'Ukrainien. Cette force massive, plus de neuf armées, était essayer de déborder et encercler l'armée de Hube, et puis, dans une répétition de Bataille de Stalingrad, réduisez la poche ennemie (en allemand, kessel, signifiant l'"chaudron") à rien. Les attaques devaient avoir lieu sur de l'avant bon extrême et à gauche allemand.

Le Soviétique avance mener à la création de la poche.

Manstein était au courant des mouvements lourds tous de troupe à travers l'avant de Hube, de quelque manière qu'avec Adolf Hitler'refus de s pour permettre des retraits stratégiques, il y avait peu qu'il pourrait faire. Les attaques soviétiques ont commencé en début mars, avec Zhukov prenant la commande personnelle du 1er Ukrainien de Vatutin affrontez. L'avantage massif du Soviétique chez les hommes et le matériel a forcé Hube pour tirer son bon dos de flanc jusqu'à ce qu'il se soit reposé sur Dniester fleuve. En dépit des attaques soviétiques constantes, cette ligne s'est tenue jusqu'à fin mars. Sur 22 mars 1944, cinq corps soviétiques de réservoir ont pénétré à gauche l'extrémité de la ligne de Hube et ont versé des sud entre les fleuves de Zbruch et de Seret. La force emballait pour le Dniester, afin d'essayer de déborder et entourer l'armée de Hube, et a été suivi de l'infanterie qui a rapidement commencé à étayer le couloir.

Encerclement

Hube et Manstein ont réalisé le danger de l'encerclement. Avec le flanc droit sur le Dniester, et les attaques récentes de Soviétique du côté gauche, la première armée de Panzer était maintenant dans a saillant. Manstein a demandé que le bras soit tiré de nouveau à évitent l'encerclement, mais Hitler a refusé, collage à son ordre d'"aucune retraite". Dans une question des jours, Les forces de Zhukov et de Konev avaient croisé le Dniester et emballaient pour accomplir l'encerclement. Sur 25 mars 1944, le dernier couloir d'approvisionnement hors de la tête de pont de Hube a été coupé.

La 1ère armée entière de Panzer a été maintenant encerclée dans une poche concentrée sur la ville de Kamenets-Podolsky. Tandis que les forces encerclées avaient la nourriture et les munitions pendant plus de deux semaines, les véhicules étaient extrêmement bas sur le carburant. L'approvisionnement par le Luftwaffe a été entravé par la neige lourde, et bientôt seulement les véhicules de combat fonctionnaient. En attendant, Hube avait commandé toutes les unités de service du sud au delà du Dniester, loin du Soviétique principal attaque qui avaient lieu à l'est. Zhukov, voir ce mouvement aux sud, décidé que Hube était dans la pleine retraite et essayerait bientôt une évasion aux sud. Unités dépouillées par Zhukov des forces d'encerclement et envoyées leur au côté du sud de la poche. Quand Hube a essayé d'attaquer des sud, il serait rencontré un mur plein des pistolets russes.

La Poche De Hube

Hube a maintenant commandé la poche pour être réduit dans la taille, raccourcissant les lignes et permettre une défense plus facile. Juste avant que les Russes aient accompli l'encerclement, Hube avait invité l'autorité pour conduire une défense mobile, une demande qui a été rapidement tournée vers le bas. Une fois que l'encerclement était complet, cependant, choses changées. La neige lourde a signifié que les quelques approvisionnements qui ont obtenu étaient à travers insuffisants pour maintenir la puissance de combat de l'armée. Les armées allemandes voisines, 8ème et 4ème Panzer, ne pouvaient pas essayer une opération complète de soulagement. Les Soviétiques envoyés un ultimatum laconique : reddition, ou chaque soldat allemand dans la poche ne serait montré aucun quart.

Hube déplacé rapidement. Il a commandé que l'organisation des forces dans le kessel soit restructurée. Les quatre corps devaient être dissoute et reformée dans trois Korpsgruppen (groupes de corps). Der général Infanterie Hans Gollick, commandant de Corps de XLVI Panzer, était former Korpsgruppe Gollick. Der général Infanterie Hermann Breith de III Corps De Panzer était former Korpsgruppe Breith et Corps D'Armée de LIX'der général Panzertruppen Der Chevallerie de von de Kurt était former Der Chevallerie de von de Korpsgruppe.

Tandis que tout ceci continuait, Manstein avait discuté avec Hitler pour qu'on laisse l'armée emprisonnée essayer une évasion, et qu'une force de soulagement devrait être envoyée à l'aide dans l'évasion. Après un argument de chauffage, Hitler a donné dedans et a commandé Hube pour essayer une évasion. La décision pour la direction de l'évasion était difficile. Hube a voulu essayer de diriger des sud, au-dessus du Dneister et dans La Roumanie. Manstein s'est rendu compte qu'un tel mouvement volerait son groupe d'armée une armée de panzer qui était nécessaire désespérément, car une longue marche serait exigée pour déplacer l'armée de Roumanie de nouveau dans la ligne. Le faible Corps Du Hongrois VII tenait la ligne sur à l'ouest de la poche de Kamenets-Podolsky. Un ouest de mouvement permettrait à la première armée de Panzer de rejoindre l'avant presque immédiatement. Manstein a commandé Hube éclater à ce secteur pour fournir l'appui pour les Hongrois.

L'armée de Hube devait éclater vers Tarnopol, là où forces de soulagement, mené près Paul Hausser's II Solides solubles Panzerkorps, étaient les rencontrer. De Kamenets-Podolsky à Tarnopol était une distance de plus de 150 milles (250 kilomètres), au-dessus de plusieurs fleuves et à travers le terrain boueux. Pour s'ajouter à ceci, l'ouest était où Hube a compté rencontrer la résistance ennemie la plus forte. Il a divisé ses forces en deux colonnes et a disposé à se diriger à l'ouest.

Évasion

Évasion allemande à l'ouest.

Sur 27 mars 1944, les éléments de fil de l'armée de Hube se sont déplacés à l'ouest vers Fleuve de Zbruch. Simultanément, l'arrière-garde a commencé un retrait de combat. 200.000 hommes commençaient à se déplacer. L'attaque est bien allée. La colonne nordique a rapidement capturé trois ponts au-dessus du Zbruch, tandis que la colonne méridionale était battue par une contre-attaque soviétique qui a pénétré profondément dans la poche, Kamenets-Podolsky de serrage. La perte de ce moyen principal de moyeu de rail et de route que les Allemands s'échappants ont dû dévier autour de la ville, ralentissement du mouvement à un rampement. Une contre-attaque a bientôt découpé les Russes dans la ville, et l'évasion a une fois de plus commencé. Se déplaçant par jour et nuit, le kessel a continué à se déplacer. Bientôt des têtes de pont ont été formées au-dessus du Fleuve de Seret.

Tandis que l'armée de Hube s'échappait à l'ouest, Zhukov et Konev continués pour estimer que la tentative principale d'évasion serait aux sud. Il a commandé les attaques sur le du nord et les flancs orientaux de la poche ont intensifié. Ces attaques n'ont réalisé rien, et beaucoup sont tombés sur les positions qui avaient été abandonnées. En dépit des attaques à l'ouest, les Soviétiques ont continué à verser des hommes au flanc méridional du kessel en prévision d'une attaque qui ne viendrait jamais.

Sur 30 mars, Manstein a été informé près OKH qu'il avait été allégé de la commande. Ses beaucoup d'arguments de chauffage avec Führer n'avait pas été oublié. Hube était tout seul.

Réponse soviétique à l'évasion.

Le jour suivant, les Soviétiques ont commencé à réagir. Une force blindée forte de 4ème Armée De Réservoir frappé au nord entre le Seret et le Zbruck. Le fer de lance méridional de Hube a tourné et a stoppé l'attaque soviétique, divisant les canalisations d'alimentation de force ennemie et rendant T-34s de la quatrième armée de réservoir immobile. Malgré le fait que il prenait maintenant la tentative d'évasion sérieusement, Zhukov ne s'est pas déplacé pour bloquer les Allemands s'échappants. La manière à Tarnopol était encore dégagée.

Liberté

En dépit des chutes de neige lourdes, bas approvisionnements et le fait qu'ils ont été complètement entourés, le mouvement constant de l'armée de Hube a signifié cela fièvre de kessel n'a pas placé dedans. Les troupes étaient encore ordonnées et disciplinées, et les abandons étaient presque inexistants. Loin un cri de la situation paniquée dans Stalingrad et Korsun encerclements.

Par 5 avril, les fers de lance des colonnes nordiques et méridionales avaient atteint le fleuve de Strypa, et sur le 6ème, près de la ville de Buczacz, ils ont lié vers le haut avec les fers de lance des Divisions des solides solubles de Hausser. En plus de deux semaines de combat lourd, pendant l'horrible survivez à et avec peu d'approvisionnements, la première armée de Panzer était parvenue à échapper à l'encerclement tout en souffrant seulement les accidents modérés. L'armée a été mise de nouveau dans la ligne et s'est établie entre le Dniester et la ville de Brody. Pendant l'évasion de deux semaines, Les hommes de Hube avaient détruit 357 réservoirs, 42 pistolets d'assaut et 280 morceaux d'artillerie, aussi bien que causer les accidents graves aux ennemis attaquant des forces. La pensée rapide à Manstein et la planification et la compétence opérationnelles de Hube avait eu comme conséquence l'armée de 200.000 hommes échappant au destin de Stalingrad. Tandis que les hommes de Hube étaient toujours disciplinés et équipés des armes légères et personnelles, seulement 45 véhicules blindés s'étaient échappés. En dépit de l'évasion et du bas taux d'accident, La première armée de Panzer de Hube ne pouvait plus effectuer des opérations blessantes à grande échelle et remonter lourd prié.

La poche de Kamenets-Podolsky est encore étudiée dans les académies militaires aujourd'hui comme exemple de la façon éviter l'annihilation quand des forces sont emprisonnées dans une poche.

Ordre de bataille pour la première armée de Panzer, Mars 1944

1.Panzerarmee (Generaloberst Hans-valentin Hube)

    • 1.Division De Panzer (Generalleutnant Werner Marcks)
    • 17.Division De Panzer (Der Meden de von de Generalleutnant Karl-Friedrich)
  • III. Panzerkorps (Der général Panzertruppe Hermann Breith)
    • 16.Division De Panzer (Generalmajor Hans-ulrich Soutiennent)
    • 11.Division De Panzer (Von Wietersheim De Generalleutnant Wend)
    • 249th Brigade De StuG
    • régiment Bäke de Panzer de schwere (Oberst Franz Bäke)
    • schwere Panzer Abteilung 509 (Oberleutnant DR. König)
  • LIX. Armeekorps (Der général Chevallerie de von d'Infanterie Kurt de der)
    • 96.Division D'Infanterie (Generalleutnant Richard Wirtz)
    • 291.Division D'Infanterie (Generalmajor Oskar Eckholt)
    • 6.Division De Panzer (Generalleutnant Walter Denkert)
    • 19.Division De Panzer (Generalleutnant Hans Källner)
    • 2.Division de Solides solubles Panzer Le Reich De Das - Kampfgruppe (Solides solubles-Sturmbannführer Otto Wiedinger)
    • Brigade Nr.276 De StuG
    • Brigade Nr.280 De StuG
    • 616.Panzerjäger Abteilung
    • 88Panzerjäger Abteilung
    • 509.Panzerjäger Abteilung
  • XXIV Panzerkorps (Der général Panzertruppen Walther Nehring)
    • 25.Panzer Division(remnants) (Generalleutnant Hans Tröger)
    • 20.Division De Panzergrenadier (Der général Panzertruppen Georg Jauer)
    • 168.Division D'Infanterie (Schmidt-Marteau De Generalleutnant Werner)
    • 208.Division D'Infanterie (Generalleutnant Hans Pieckenbrock)
    • 371.Division D'Infanterie (Der général Infanterie Hermann Niehoff)
    • Brigade Nr.300 De StuG
    • 731.Panzerjäger Abteilung
    • Motorisierte Abteilung Nr.473
  • XXXXVI. Panzerkorps (Der général Infanterie Friedrich Schulz)
    • 1.Division D'Infanterie (Von Krosigk De Generalleutnant Ernst-Août)
    • 82.Division D'Infanterie (Generalleutnant Walter Heyne)
    • 75.Division D'Infanterie (Generalleutnant Helmuth Beukemann)
    • 254.Division D'Infanterie (Generalleutnant Alfred Thielmann)
    • 101.Division de Jäger, (Der général Gebirgstruppen Emil Vögel)
    • 18.Division D'Artillerie (Der général Artillerie Karl Thoholte)
    • StuG Bataillon Nr.300

Références

  • Allen Clark, Barbarossa.
  • John Erickson, La Route Vers Berlin : La Guerre De Stalin Avec Le Volume II De l'Allemagne.
  • Perry Moore, Kesselschlacht (Première Armée 1944 De Panzer De Hube).
  • Bryan Perret, Chevaliers de la croix noire : Panzerwaffe et ses chefs de Hitler.
  • Karl Wagener, Der 1 de Der Ausbruch. Von Kamenez-Podolsk März/ de Kessel de dem d'aus de PanzerarmeeAvril 1944.
  • Encerclement d'une armée de Panzer près de Kamenets-Podolskiy (chapitre 6 de Opérations des forces encerclées, Département des Etats-Unis de l'armée).
 

  > Français > en.wikipedia.org (Traduit par ordinateur dans le Français)