Musique du Nigéria

Musique du Nigéria
Hausa - Igbo - Yoruba
Apala - Fuji - Jùjú
- Afro-juju - Waka - Yo-sautez
Houblon de hanche - Reggae

Musique nigérienne inclut beaucoup de sortes de et , dont une partie est connue dans le monde entier. Des modèles de la musique folklorique sont liés aux multitudes de dans le pays, chacun avec leurs propres techniques, instruments et chansons. Peu est connu au sujet de l'histoire de la musique de pays avant le contact européen, bien que remontant aux 16èmes et 17èmes siècles se sont avérés dépeindre des musiciens et leurs instruments [ 1 ]. s'est appelé "le coeur de la musique africaine", en raison de son rôle dans le développement à l'ouest de l'Africain et musique de vin de palme, qui fond les rythmes indigènes avec des techniques ont importé du , , et ailleurs. Highlife était une base importante pour le développement de plusieurs modèles populaires qui étaient uniques au Nigéria, comme apala, fuji, jùjú et Yo-sautez. Plus tard, les musiciens nigériens ont créé leurs propres modèles de et . Le rendement musical du Nigéria a réalisé l'acclamation internationale non seulement dans les domaines de la musique folklorique et populaire [ 2 ], mais également écrit par des compositeurs comme Fela Sowande. Sowande était l'un des compositeurs africains les plus célèbres dans la tradition classique occidentale, et fondateur de Musique nigérienne d'art tradition. Sowande était également organiste et de la musique folklorique nigérienne dans son travail [ 3 ].

, dans lesquels deux ou plus des battements séparés sont joués simultanément, sont une partie de beaucoup de musique africaine traditionnelle [ 4 ]; Le Nigéria n'est aucune exception. Modèle africain de hemiola, basé sur le modèle asymétrique de rythme [ 5 ], est une technique rhythmique importante dans tout le continent. De musique utilisations nigériennes également , dans des lesquels un modèle rhythmique est répété en dépit des changements .

Le Nigéria a une partie de la technologie d'enregistrement-studio la plus avançée en Afrique, et présente des moyens commerciaux robustes de certains de ses interprètes. Ronnie Graham, un historien qui se spécialise en Afrique occidentale, a attribué le succès de l'industrie nigérienne de musique à culture-sa "soif du pays pour le succès esthétique et matériel et un appétit vorace pendant la vie, l'amour et la musique, [ et ] un marché intérieur énorme, assez grand pour soutenir les artistes qui chantent dans des langues et l'expérience régionales avec des modèles indigènes". Cependant, la corruption politique et la piraterie effrénée de musique au Nigéria a entravé la croissance de l'industrie [ 6 ].

Table des matières

Musique folklorique

Musique africaine occidentale
Le Bénin Burkina Faso
Le Tchad D'Ivoire de Côte
La Gambie Le Ghana
Guinée La Guinée-Bissau
Le Libéria Le Mali
La Mauritanie Le Niger
Le Nigéria Le Sénégal
La Sierra Leone Le Togo
Les Sahara occidental

Plus de 400 sont indigène au Nigéria, et beaucoup plus ont immigré là ces dernières années ; les plus grands groupes ethniques sont Igbo, et Yoruba tribus. La musique traditionnelle du Nigéria et dans l'ensemble de l'Afrique est presque toujours fonctionnelle ; c'est-à-dire, exécuté pour marquer un rituel tel qu'a ou , et pas pour le divertissement pur ou le plaisir artistique [ 7 ]. Bien que quelques nigériens, particulièrement enfants et les personnes âgées, des instruments de jeu pour leur propre amusement, exécution soloe soit autrement rare. La musique est étroitement liée à l'agriculture, et il y a des restrictions, par exemple, que des instruments peuvent être joué pendant différentes parties de la saison de croissance. Chansons de travail sont un dispositif commun de la musique nigérienne traditionnelle. Ils aident à maintenir le rythme des ouvriers dans les champs, les canoës de fleuve et d'autres champs. Les femmes emploient des rythmes complexes dans le ménage charge, comme le broyage en musique fortement ornementée. Dans les régions nordiques, les fermiers travaillent ensemble aux fermes de chacun et on s'attend à ce que l'hôte fournisse des musiciens pour ses voisins.

À quelques exceptions, les musiciens au Nigéria ne sont typiquement pas des professionnels. Par exemple, le nordique dans oriental Adamawa ayez les groupes de musiciens spécialisés. La question de composition musicale est également fortement variable. Hwana, par exemple, croyez que toutes les chansons sont enseignées par les ancêtres des peuples, tandis que Tiv donnez le degré de solvabilité aux compositeurs appelés pour presque toutes les chansons, et Efik différents compositeurs nommés seulement pour des chansons séculaires. Dans beaucoup de régions du Nigéria, on permet à des des musiciens de dire des choses en leur lyrique qui serait autrement perçu en tant qu'offensive.

Le format le plus commun pour la musique au Nigéria est appeler-et-réponse chantez en choeur, dans lequel des vers d'un chanteur principal et d'un échange de choeur, parfois accompagnés des instruments que l'une ou l'autre ombre le texte ou la répétition de fil et . Le secteur méridional comporte des rythmes complexes et des joueurs solos à l'aide des instruments de mélodie, alors que le nord comporte plus typique les ensembles polyphoniques de vent. La région du nord extrême est associée à monodic (i.e.) la musique d'une seule ligne avec une emphase sur des tambours, et tend à être influencée davantage par la musique d'Islamic.

est trouvé dans les régions du Nigéria, et son exécution est toujours regardée en tant que musical en nature. Des interprètes ambulants aveugles, s'accompagnant parfois d'un instrument de corde, sont connus pour exposer de longues poésies de texte islamique peu orthodoxe parmi Kanuri et . Ceux-ci, et d'autres traditions relatives, peuvent être descendus de semblable Maghrebian et traditions européennes. Ozidi saga-found au Niger Delta-est une épopée bien connue que les prises sept jours à exécuter et utilise un choeur, un narrateur, et la percussion, pantomime et danse.

Le Hausa

Article principal : Musique de hausa

du nord sont connus pour le complexe , one-stringed goje violon, et un fort chanson d'éloge tradition vocale. Sous des musulmans influencez depuis la 14ème improvisation libre-rhythmique d'utilisations de siècle, de musique de hausa et la balance arabe, les annonçant avec les éléments africains occidentaux tels que des polyrhythms et la vocalise d'appeler-et-réponse [ 8 ]. La musique est employée pour célébrer des naissances, des mariages, des circoncisions, et d'autres événements de vie importants. Musique cérémonieuse de hausa (fada de rokon) est bien connu dans le secteur, et est dominé par des familles des chanteurs d'éloge, inclure, le plus célèbre, Narambad [ 9 ]. Les instruments de percussion de jeu de hausa tels que tambura tambour et le royal, ovale kakakai trompette [ 10 ], qui "a été à l'origine employé par Songhai la cavalerie et a été prise par les états se levants de hausa comme symbole de puissance militaire " [ 11 ]. Les trompettes de Kakakai peuvent être plus de deux mètres long, et peuvent être facilement décomposées en trois parts portatives pour le transport facile [ 12 ].

La musique rurale de hausa inclut des danses comme asauwara (pour de jeunes femelles) et possession d'esprit danse bori. La musique folklorique de hausa a produit les amuseurs populaires, incluant Dan Maraya (connu pour le sien one-stringed le luth, kontigi), Audo Yaron Goje, Muhamman Shata et Na Habu D'Ibrahim (connu pour le sien kukkuma jouer du violon) [ 13 ].

Le Hausa bòòríí le culte est particulièrement bien connu en dehors du pays, et a été apporté en tant que loin au nord As , près le commerce de trans-saharien. Le culte de bòòríí comporte un genre de soporifique, musique de transe-inducing, jouée sur calebasse, ou violon. Pendant les cérémonies, les femmes et d'autres groupes marginalisés tombent dans des transes et effectuent de divers comportements dramatiques, tels qu'imiter un porc ou s'engager dans le sexe humain. Ces personnes seraient possédées par un caractère, chacun avec ses propres litanies (kírààrì). Cultes semblables de transe (le prétendu "cultes de sirène"), peut être trouvé dans Delta Du Niger région.

L'Igbo

Igbo les gens vivent dans le sud-east du Nigéria, et jouent une grande variété d'instruments folkloriques. Ils sont connus pour leur adoption prête des modèles étrangers, et étaient une partie importante de highlife nigérien [ 14 ]. L'instrument le plus répandu est le 13-stringed , appelé obo. L'igbo jouent également tambours de fente, , , , udus et , et plus récemment, Européen importé .

La musique courtoise est jouée parmi l'igbo plus traditionnel, maintiennent leurs traditions royales. ufie (tambour de fente) est employé pour réveiller le chef et pour communiquer des temps de repas et toute autre information importante à lui. Des ensembles de Bell et de tambour sont employés pour annoncer quand le chef part et revient à son village [ 15 ].

Le Yoruba

Article principal : Musique de yoruba

Yoruba ayez un avançé tambourinage tradition, avec une utilisation caractéristique de dundun sablier tambours de tension. Les ensembles employant le dundun jouent un type de musique qui s'appelle également dundun [ 16 ]. Ces ensembles se composent de diverses tailles des tambours de tension, avec des kettledrums (gudugudu). Le chef d'un ensemble de dundun est iyalu, dont utilise le tambour "pour parler" en imitant la tonalité Yoruba [ 17 ]. Beaucoup de musique de yoruba est spirituelle en nature, et est consacrée au Orisas de Mythologie de yoruba.

La musique de yoruba est devenue le composant le plus important de la musique populaire nigérienne moderne, en raison de sa influence tôt d'européen, d'islamique et . Ces influences ont provenu de l'importation de , , apportés par les négociants de Brazilian [ 18 ]. Dans la plus grande ville du Nigéria, , ces traditions multiculturelles ont été rassemblés et sont devenus la racine de la musique populaire nigérienne. Modèles modernes comme Salawa Abeni's waka et Yusuf Olatunji's sakara sont dérivés principalement de la musique traditionnelle de Yoruban.

Musique théâtrale

Nigérien théâtre fait l'utilisation étendue de la musique. Souvent, c'est musique simplement traditionnelle utilisée dans une production théâtrale sans adaptation. Cependant, il y a également des modèles distincts de la musique utilisés dans le nigérien . Ici, la musique est employée pour donner une impression de l'action dramatique aux assistances. La musique est également employée dans le drame littéraire, bien que son accompagnement musical plus économiquement soit employé que dans l'opéra ; encore, la musique communique l'humeur ou la tonalité des événements aux assistances. Un exemple est Obscurité de JP's Ozidi, un jeu au sujet de meurtre et vengeance, comportant les acteurs humains et non-humains. Chaque caractère dans le jeu est associé à une chanson personnelle de thème, qui accompagne les batailles dans lesquelles le caractère est impliqué.

Le théâtre nigérien traditionnel inclut marionnette expositions dedans État De Borno et parmi l'Ogoni et le Tiv, et le yoruba antique Aláàrìnjó tradition, qui peut être descendue du Egúngún mascarade. Avec l'afflux des puissances coloniales de route-bâtiment, la diffusion de ces groupes de théâtre à travers le pays et leurs productions se sont développées toujours plus raffinées. Ils emploient maintenant typiquement les instruments européens, les extraits de film et la musique enregistrée.

La musique des enfants

Les enfants au Nigéria ont plusieurs de leurs propres traditions, habituellement chantant . Ce sont le plus souvent type chansons d'appeler-et-réponse, en utilisant la langue archaïque. Il y a d'autres chansons, comme parmi Tarok peuplez qui sont sexuellement explicite et obscène, et êtes seulement exécuté loin loin de la maison. Les enfants utilisent également des instruments comme les radeau-cithares un-lancées (faites à partir des cornstalks) et les tambours faits à partir des boîtes en fer blanc, une pipe faite à partir de a et a L'harpe du juif fait à partir de a . Parmi le hausa, les enfants jouent un instrument unique en lequel ils battent des rythmes sur l'estomac gonflé d'un de phase, irrité .

Instruments traditionnels

Bien que les instruments de percussion soient omniprésents, la musique traditionnelle du Nigéria utilise un certain nombre d'instruments divers. Beaucoup, tel que , sont une partie intégrale de musique à travers , tandis que d'autres sont des importations des musulmans du Le Maghreb, ou de Méridional ou L'Afrique de l'Est; d'autres instruments sont arrivés l'Europe ou d'Amériques. Les instruments en laiton et les woodwinds étaient des importations tôt qui ont joué un rôle essentiel dans le développement de la musique nigérienne, alors que l'importation postérieure des guitares électriques stimulait la vulgarisation de la musique de jùjú.

Percussion

est accordé , commun dans l'ensemble de l'Afrique centrale occidentale et. Au Nigéria, ils sont les plus communs dans la partie méridionale du pays, et sont du modèle africain central. Plusieurs musiciens jouent parfois simultanément un xylophone simple. Les instruments sont habituellement faits de bois lâche placé à travers des notations de banane. Des xylophones de mine et boîte-résonné sont également trouvés. Les ensembles de pots d'argile battus avec une garniture molle sont communs ; ils sont parfois remplis avec de l'eau. Bien que normalement accordé, des exemples untuned sont parfois employés pour produire un rythme bas. Des notations creuses sont également employées, les lengthways fendus, avec des trous de résonateur à l'extrémité de la fente. Ils ont été traditionnellement employés pour communiquer au-dessus de grandes distances.

Les diverses cloches sont une partie commune de régalia royal, et ont été employées dedans . Ils sont habituellement faits du fer, ou dans les orchestres islamiques du nord, du bronze. Les courges frappées, placé sur un tissu et frappé avec des bâtons, sont une partie de la musique des femmes, aussi bien que bòòríí danses de culte. Parfois, particulièrement dans le nord, les courges sont à l'envers placé dans l'eau, avec le lancement ajusté par la quantité d'air sous elle. Dans le sud-west, un certain nombre de courges accordées sont jouées tout en flottant dans une cuvette.

Les racleurs sont communs dans tous les sud. Un des types les plus communs est un bâton entaillé, joué en traînant une coquille à travers le bâton à de diverses vitesses. Il est employé comme instrument de la cour des femmes et par des enfants dans les jeux de taquinerie. Parmi le yoruba, une tige de fer peut être utilisée comme remplacement pour un bâton. Les hochets sont communs, fait des courges contenant des graines ou les pierres sont communes, comme sont filet-cliquette, dans lesquelles un réseau de corde des perles ou des coquilles enferme une courge. Des hochets sont typiquement joués dans le contexte rituel ou religieux, principalement par des femmes.

Les tambours de beaucoup de sortes sont le type le plus commun d'instrument de percussion au Nigéria. Ils sont traditionnellement faits à partir d'une d'une seule pièce des calebasses en bois ou sphériques, mais plus récemment ont été faits à partir des tambours d'huile. Le tambour de sablier est la forme la plus commune, bien qu'il y ait les tambours également double-dirigés de baril, les tambours simple-dirigés et les tambours coniques. Des tambours de vue sont également trouvés au Nigéria, mais peuvent être une importation du Brésil. Un instrument de percussion plutôt unique est udu, un genre de tambour de navire.

Instruments de corde

arc est trouvé au Nigéria comme une corde bouche-résonnée, plumée ou frappée. Il est le plus commun dans la partie centrale du pays, et est associé aux chansons agricoles et à ceux exprimant des inquiétudes sociales. Les tiges de céréale bondissent ensemble et des cordes soutenues par deux ponts sont employées pour faire une sorte de la radeau-cithare, jouée avec les pouces, typiquement pour le divertissement solo. L'harpe arquée est trouvée dans la partie orientale du pays, particulièrement parmi le Tarok. Il a habituellement cinq ou six cordes et l'accord pentatonic. Un transitoire-violon cuvette-résonné avec une table de peau de lézard est utilisé dans la région nordique ; c'est une importation de , et est semblable aux formes asiatiques et éthiopiennes centrales. Les peuples de hausa et de Kanuri jouent une variété de transitoire-lute.

D'autres instruments

Une variété de et sont également trouvés au Nigéria. Ceux-ci incluent longtemps , fréquemment fait de et joué dans les ciseaux ou les ensembles jusqu'à de six, souvent accompagnés de a . Des trompettes en bois, les trompettes de courge, les cannelures extrémité-soufflées, les sifflements cruciformes, les clarinets transversaux et les divers genres de klaxons sont également trouvés.

Musique populaire

Beaucoup de pays africains ont vu la turbulence et la violence pendant leur transition obligatoire d'une région diverse des cultures folkloriques à un groupe d'états modernes de nation. Le Nigéria a éprouvé plus de difficulté que la plupart des pays africains en forgeant une identité culturelle populaire des peuples divers de la campagne [ 19 ] . De ses commencements dans les rues de Lagos, la musique populaire au Nigéria a longtemps été une partie intégrale du champ du bruit africain, apportant les influences et les instruments de beaucoup de groupes ethniques, le plus en évidence comprenant le yoruba.

Les modèles les plus tôt de la musique populaire nigérienne étaient musique de vin de palme et , dont étendez dans les années 20 parmi le Nigéria et les pays voisins , et . Au Nigéria, le vin de palme est devenu la base primaire pour jùjú, un genre qui a dominé la musique populaire pendant beaucoup d'années. Pendant ce temps, quelques autres modèles comme apala, dérivé de la musique traditionnelle de Yoruban, a également trouvé une assistance plus limitée. Par les années 60, le Cubain, l'Américain et d'autres modèles de la musique importée appréciaient grand suivre, et les musiciens ont commencé à incorporer ces influences au jùjú. Le résultat était une profusion de nouveaux modèles dans les dernières décennies du 20ème siècle, incluant musique de waka, Yo-sautez et .



Vin de palme et l'invention du jùjú

Article principal : Musique de vin de palme

Par le début du 20ème siècle, la musique de Yoruban avait incorporé les instruments en laiton, écrits la notation, percussion islamique et nouvelles techniques brésiliennes, ayant pour résultat et [ 20 ]; ces variétés sont plus bien connues que le vin de palme nigérien. Cependant, vin de palme s'est à l'origine rapporté à un ensemble divers de modèles joués avec , caractéristiquement, ou ) avec dispositifs trembleurs et main [ 21 ]. Ce modèle urbain a été fréquemment joué dans les barres pour accompagner le boire (par conséquent le nom, qui est dérivé de l'alcoolique ).

Le premier tient le premier rôle du vin de palme avait émergé par les années 20, le plus célèbre de qui était Roi De Tunde De Baba. Le roi a probablement inventé le mot jùjú- un modèle de la musique qu'il a aidée à créer-dans la référence au bruit d'un Brésilien ; alternativement, la limite a pu s'être développé car une expression de dédain par les chefs coloniaux (n'importe quelle tradition indigène était susceptible d'être écartée comme 'seule joujou, pour le "non-sens") [ 22 ]. Par le début des années 30, britannique comme Sa Voix De Maîtres avait commencé à enregistrer le vin de palme, et plus de célébrités ont émergé, incluant Ojoge Daniel, Rossignol De Tunde et Araba Prompt. Ces artistes, avec le roi de Tunde, ont établi le noyau du modèle [ 23 ], qui s'est appelé jùjú, et resté des genres les plus populaires au Nigéria tout au long du 20ème siècle.

Apala

Article principal : Apala

Apala est un modèle de la musique musulmane vocale et par percussion de yoruba. Il a émergé vers la fin des années 30 en tant que des moyens de susciter des adorateurs après le jeûne de . Sous l'influence de populaire , s'est développé en modèle plus poli et a attiré une grande assistance. La musique a exigé deux ou trois tambours parlants (omele), un hochet (sekere), piano de pouce (agidigbo) et une cloche (agogo). Haruna Ishola était l'interprète d'apala le plus célèbre, et il plus tard a joué un rôle intégral en apportant l'apala à de plus grandes assistances comme partie de musique de fuji [ 24 ].

Les années 50, les '60s et les années 1970

Suivre , a commencé à prendre de nouveaux instruments et techniques, y compris les instruments électriques importés à partir des Etats-Unis et de l'Europe. , , et plus tard, , est devenu très populaire au Nigéria, et des éléments de ces genres ont été ajoutés au jùjú par des artistes comme IK Dairo. En attendant, le highlife avait lentement gagné dans la popularité parmi les personnes d'igbo, et leur modèle unique a bientôt trouvé une assistance nationale. En même temps, apala's Haruna Ishola était devenir du pays plus grand tient le premier rôle. Dans le tôt aux mi années 70, trois des plus grands noms dans l'histoire nigérienne de musique étaient à leur crête : Fela Kuti, Ebenezer Obéissent et Le Roi Sunny Ade, alors que la fin de cette décennie voyait le début de Yo-sautez et Reggae nigérien.

Bien que les modèles populaires tels que le highlife et le jùjú aient été au dessus des diagrammes nigériens dans le '60s, la musique traditionnelle est demeurée répandue. Traditionnel tient le premier rôle a inclus le Hausa Dan Maraya, qui était si bien connu qu'il ait été apporté au champ de bataille pendant le 1967 Guerre Civile Nigérienne pour soulever le moral des troupes fédérales.

La modernisation du jùjú

Article principal : Musique de Jùjú

I.K. Dairo
I.K. Dairo

Après La Deuxième guerre mondiale, Rossignol De Tunde's mbe de wa de s'o le modèle l'a fait que un du premier jùjú tient le premier rôle, et il a présenté des influences Plus occidentalisées de bruit au genre. Pendant les années 50, la technologie d'enregistrement s'est développée plus avançée, et gangan tambour parlant, et ont été incorporés au jùjú. Beaucoup de cette innovation était le travail de IK Dairo et le matin Tiennent le premier rôle l'orchestre (plus tard IK Dairo et les taches bleues), qui a formé en 1957 [ 25 ]; ces interprètes ont apporté le jùjú des pauvres ruraux aux villes urbaines du Nigéria et là-bas [ 26 ]. Dairo est devenu peut-être le plus grand tiennent le premier rôle de la musique africaine par le '60s, enregistrant les nombreuses chansons de coup qui ont écarté sa renommée aussi loin à loin As . En 1963, il est devenu le seul musicien africain jamais honoré en recevant l'adhésion du , ordre de chevalerie dans [ 27 ].



La diffusion du highlife

Article principal :

在Igbo 人民之中, Ghanaian est devenu populaire dans le tôt , et d'autres modèles de guitare-bande de et bientôt suivi. Le Ghanéen ET Mensah, facilement l'interprète de highlife le plus populaire des années 50, Igbo-terre voyagée fréquemment, dessinant les foules énormes des ventilateurs dévoués. Policier Benson Et Son Combo était la première bande nigérienne de highlife pour trouver des assistances à travers le pays. Benson a été suivi près Jim Lawson et la bande de danse du maire, qui a réalisé la renommée nationale dans le mid-'70s, finissant avec la mort de Lawson dedans . Pendant la même période, d'autres interprètes de highlife atteignaient leur crête. Ceux-ci ont inclus Jazz De Rocafil et Prince Nico Mbarga, dont "Mère Douce"était un coup casserole-Africain qui a vendu plus de 13 millions de copies, davantage que n'importe quel autre Africain simple de la sorte. Mbarga a employé le lyrique anglais dans un modèle qu'il a doublé panko, qui a incorporé "a sophistiqué guitare-exprimant dans l'idiome de highlife " [ 28 ].

Après la guerre civile dans les années 60, les musiciens d'igbo étaient obligatoires hors de Lagos et ont été retournés à leur patrie. Le résultat était que le highlife a cessé d'être une majeure partie de musique nigérienne traditionnelle, et a été considéré en tant qu'étant quelque chose purement associée aux igbos de l'est. La popularité de Highlife a lentement diminué parmi les igbos, supplantés par jùjú et fuji. Cependant, quelques interprètes ont maintenu le modèle vivant, comme le chanteur de yoruba et le trumpeter Vainqueur Olaiya (le seul nigérien pour gagner jamais un disque de platine), Stephen Osita Osadebe, Sonny Okosun, Vainqueur Uwaifo, et Orlando "DR. Ganja "Owoh, dont distinctif toye jùjú et highlife fondus par modèle [ 29 ].



La naissance du fuji

Article principal : Musique de Fuji

Apala, un modèle traditionnel de Ijetsu dans Yorubaland, est également devenu très populaire dans les années 60, menées par des interprètes comme Haruna Ishola et Ayinla Omowora. Ishola, qui était l'un des fabricants du coup les plus conformés du Nigéria entre 1955 et sa mort en 1983, a enregistré les chansons d'apala, qui ont alterné entre lent et émotif, et rapide et énergique. Son lyrique était un mélange d'éloge improvisée et des passages de Coran, aussi bien que traditionnel . Son travail est devenu une influence formatrice sur le modèle se développant de fuji.

Les années 60 en retard ont vu l'aspect des premières bandes de fuji. Fuji a été appelé ensuite au Japon, purement pour le bruit du mot, selon Avocat De Sikiru [ 30 ]. Fuji était une synthèse de apala avec les vocals "ornementés et libre-rhythmiques" de ajiwere chanteurs de dévotion [ 31 ], et a été accompagné de sakara, un tambourine-tambour, et guitare hawaïenne. Parmi le genre le plus tôt tient le premier rôle étaient Haruna Ishola et Ayinla Omowura; Ishola a libéré de nombreux coups des '50s en retard au '80s tôt, devenir des interprètes les plus célèbres du pays. Fuji s'est développé solidement plus populaire entre les années 60 et les années 1970, devenant étroitement liées à dans le processus.

Fuji a été décrit comme jùjú sans guitares ; ironiquement, Ebenezer obéissent le jùjú une fois décrit As avec des guitares [ 32 ]. Cependant, à ses racines, le fuji est un mélange de traditionnel musulman étaient chansons avec des "aspects de la percussion d'apala et chansons vocales et couvée, musique philosophique de sakara" [ 33 ]; de ces éléments, apala est la base fondamentale du fuji [ 34 ]. Le premier tient le premier rôle du fuji était les bandleaders rivaux Avocat De Sikuru Ayinde et Kollington Ayinla [ 35 ]. Ayinde a commencé au début des années 70 sa carrière de fuji avec Commandants Suprêmes De Fuji, bien qu'il ait chanté les musulmans étaient des chansons puisqu'il avait 10 ans. Le rival d'Ayyinde était Ayinla "baba Alatika" Kollington, connu pour l'usage du commentaire social en son lyrique. Il a été suivi dans les années 80 de bourgeonner tient le premier rôle comme Avocat Wasiu.



Diversification : Ade et obéissent

King Sunny Ade
Le Roi Sunny Ade

Ebenezer Obéissent a formé Frères Internationaux en 1964, et sa bande a bientôt rivalisé cela d'IK Dairo en tant que plus grand groupe nigérien. Ils ont joué une forme de , guitare-a basé et highlife-a influencé le jùjú qui a inclus le complexe tambour parlant- éléments dominés de percussion. Ont obéi les questions abordées par lyrique qui ont fait appel aux auditeurs urbains, et ont incorporé des traditions de Yoruban et sa foi chrétienne conservatrice. Son rival était Le Roi Sunny Ade, qui a émergé dans la même période, formation 綠色斑點 1966 et puis en réalisant quelques coups de commandant avec Battements Africains après 1974's UDE Biri Ebo Mille. Ade et obéissent emballé pour incorporer de nouvelles influences à la musique de jùjú et pour recueillir de nouveaux ventilateurs ; Lâche-clef hawaïenne, et de fond étaient parmi les innovations supplémentaires pendant cette période changeante rapidement [ 36 ]. Éléments forts supplémentaires par Ade de Jamaïquain , et présenté la pratique d'avoir le jeu de guitare le rythme et les tambours jouent la mélodie [ 37 ]. Pendant cette période, les chansons de jùjú ont changé des chansons courtes de bruit en de longues voies, souvent plus de 20 minutes de longueur. Les bandes ont augmenté de quatre interprètes dans les ensembles originaux, à 10 avec IK Dairo et plus de à 30 avec obéissez et Ade.





Les années 80 et les '90s

Au début des années 80, obéissez et Ade de plus grandes assistances trouvées en dehors de du Nigéria. En 1982, Ade a été signé à , qui a espéré replier et est devenu un dossier tiennent le premier rôle au R-U, mais ne pouvaient pas soutenir son carrière internationale aussi longtemps qu'ade. Ade a mené une brève période de la renommée internationale pour le jùjú, qui a fini en 1985 où il a perdu son contrat record après l'échec commercial de Aura (enregistré avec ) et sa bande ont marché dehors au milieu d'une excursion énorme de Japonais. La brosse d'Ade avec la renommée internationale a apporté beaucoup d'attention des compagnies de disque de courant principal, et a aidé à inspirer bourgeonner . By the end of the 1980s, jùjú had lost out to other styles, like Yo-pop, gospel and . Dans les années 90, cependant, le fuji et le jùjú est resté populaire, de même que musique de waka et reggae nigérien. À la fin de la décennie, s'est écarté au pays après avoir été une majeure partie de musique dans des régions voisines comme le Sénégal.

les années 80 : Yo-sautez et Afro-jùjú

Articles principaux : Yo-sautez et Afro-juju

Deux du plus grand tient le premier rôle des '80s étaient SegunAdewale et Shina Peters, avec qui a commencé leurs carrières exécuter dans le mid-'70s Prince Adekunle. Ils sont par la suite partis d'Adekunle et ont formé une brève association As Shina Adewale et les Superstars internationaux avant de commencer des carrières soloes [ 39 ]. Adewale était le premier des deux pour gagner le succès, quand il est devenu l'interprète le plus célèbre de Yo-sautez [ 40 ].

Yo-sautez la manie pas durent long, remplacé par Shina Peters' Afro-juju modèle, dont s'est cassé en courant principal après le dégagement Série Afro-Juju 1 (1989). Afro-juju était une combinaison d'Afrobeat et de fuji, et elle a mis à feu une telle ferveur parmi les ventilateurs de Shina que le phénomène était "Shinamania" doublé. Bien qu'il ait été attribué Musicien de Juju de l'année en 1990, le suivi de Shina, Shinamania vendu respectivement mais a été filtré par des critiques [ 41 ]. Son succès a ouvert le champ aux nouveaux venus, cependant, menant au succès de Olu Fabuleux Fajemirokun et Adewale Ayuba. La même période a vu l'élévation de nouveaux modèles comme juju génial frayé près Dele Taiwo [ 42 ].



Afrobeat

Article principal :

Afrobeat est un modèle le plus étroitement lié au Nigéria, bien que des praticiens et les ventilateurs soient trouvés dans l'ensemble de l'Afrique occidentale, et des enregistrements d'Afrobeat sont une partie en avant de a trouvé dans tout le monde développé. C'est une fusion d'Américain avec des éléments de highlife, et d'autres modèles de la musique africaine occidentale. L'interprète le plus populaire et le plus bien connu, en effet le musicien nigérien le plus célèbre dans l'histoire, est assurément Fela Kuti [ 43 ].

Fela Kuti a commencé à exécuter en 1961, mais n'a pas commencé à jouer dans le sien distinctif jusqu'à son exposition vers la Sierra-Léonais Afro-âme chanteur Geraldo Pino en 1963 [ 44 ]. Bien que Kuti soit souvent crédité comme le seul pionnier d'Afrobeat, d'autres musiciens tels que Kuti Orlando Jules Ekemode étaient également en avant dans la scène tôt d'Afrobeat, où ils ont combiné le highlife, le jazz et la trouille [ 45 ]. Une brève période aux Etats-Unis a vu qu'il a exposé au Puissance Noire mouvement et Panthères Noires, une influence qu'il viendrait pour exprimer en son lyrique. Après avoir habité à Londres brièvement, il s'est déplacé de nouveau à Lagos et a ouvert un club, Le Tombeau, qui était l'une des taches de musique les plus populaires dans la ville. Il a commencé l'enregistrement avec L'Afrique '70, une bande énorme comportant le batteur Allen élégant, qui a depuis lors continué pour aller bien à un musicien bien connu dans sa propre droite. Avec l'Afrique 70, Kuti a enregistré une série de coups, gagnant la colère du gouvernement pendant qu'il abordait des issues diverses telles que la pauvreté, le trafic et peau-blanchissant. En 1985, Kuti a été emprisonné pendant cinq années, mais a été libéré après seulement deux ans après tollé international et protestations domestiques massives. Sur le dégagement, Kuti continué pour critiquer le gouvernement dans ses chansons, et est devenu notoire pour le comportement excentrique, tel que divorcer soudainement chacune des vingt-huit épouses parce que "aucun homme n'a le droit au propre le vagin d'une femme". Sa mort de dans 1997 a étincelé une période de national pleurant cela était sans précédent dans l'histoire nigérienne documentée [ 46 ].



Dans les années 80, Afrobeat est devenu filiale avec le genre bourgeonnant de . En Europe et nord Amérique, les prétendus actes "de musique du monde" sont venus de partout dans le monde et ont joué dans une multitude de modèles. Fela Kuti et ses palpeurs d'Afrobeat étaient parmi le plus célèbre des musiciens considérés musique du monde.

Vers la fin des '80s et tôt '90s, Afrobeat avait diversifié par la prise dans de nouvelles influences de et . Jamais-masqué et énigmatique Lágbájá est devenu un des standard-porteurs de la nouvelle vague d'Afrobeat, particulièrement après le sien LP Chose D'Africain De C'est Une. Après un aspect de surprise au lieu de son père, Fela, Femi Kuti a recueilli une grande base de ventilateur qui lui a permise de voyager à travers l'Europe.



Femi Kuti
Femi Kuti



Waka

Article principal : Musique de Waka

Les songstress populaires Salawa Abeni était devenu nationalement renommé après le dégagement de Le Défunt Général Murtala Ramat Mohamed en 1976, qui était le premier enregistrement nigérien par une femme pour vendre plus que million de copies. Dans les années 80, elle est restée l'un des artistes devente de la nation, créant sa propre variété unique de waka appelé par musique ; elle a été tellement étroitement associée au genre qui une figure royale, Afaaffn d'Oyo, Obalamidi Adeyemi, couronné la l'"reine de la musique de Waka" en 1992. Waka était une fusion de jùjú et de fuji avec la musique traditionnelle de Yoruban.

Reggae et houblon de hanche

Articles principaux : Reggae nigérien, Evangile nigérien et Houblon nigérien de hanche

Le reggae nigérien a été popularisé près tient le premier rôle comme Majek Fashek, dont le 1988 de , basé dessus Musical américain africain les modèles, se sont développés dans les années 70 où les classes d'utilisation des ressources et les individus église-basés se sont déplacés à l'exposition publique. L'evangile est devenu très populaire au Nigéria dans toute la dernière partie du siècle, particulièrement chanteurs comme Sammie Okposo, dont le 2000 a frappé "Welu Welu" était l'une des chansons les plus populaires dans l'histoire nigérienne [ 47 ], et l'interprète à long terme Onyeka Onwenu.

a été apporté au Nigéria vers la fin des années 80, et s'est développé solidement populaire dans toute la première partie des années 90. Le premier agit inclus OSHA, De Weez et Masquradaz Noir. Le succès traditionnel s'est développé plus tard dans la décennie, avec l'attention apportée par des coups tôt comme Le Trybesmen's "Trybal marque" (1999) et le trio Les Remèdes'"Judile" et "Sakoma". Un des remèdes, Tetuila élégant, a continué pour travailler avec Plantashun Boiz à la grande acclamation commerciale. Les 1999 fondations de Disques De Paybacktyme aidé à établir une scène nigérienne d'houblon de hanche. D'autres musiciens nigériens en avant d'hanche-houblon incluent l'ancien membre des remèdes Eedris Abdulkareem, qui a fait tenir le premier rôle une guêtre bien-donnée de la publicité avec l'Américain , Deshola Idowa, JJC et peloton 419, Modenine et Tha Rapman de Terry.



Musique aux festivals et aux vacances

Durbar des festivals sont tenus dans beaucoup de parties de sud-west Nigéria ; durbar est censé honorer pendant le point culminant des festivals islamiques Al-Fitr D'Eid De `, Al-Adha D'Eid De `, et Sallah pour le bien connu Katsina durbar, et est parfois également employé pour honorer les honorables visitants [ 48 ]. Bien que l'attraction principale des festivals durbar soit des affichages de traditionnel équitation, les exécutions par des batteurs, les trumpeters et les éloge-chanteurs sont une partie importante de la célébration [ 49 ]. D'autres vacances lesoù la musique joue un rôle important incluent tambourinage et les danses ont exécuté à , Pâques Dimanche et Pâques Lundi [ 50 ].

Références

  1. ^ Titon, Jeff Todd (ED) (1992). Mondes de la musique : Une introduction en musique des peuples du monde, Livres De Schirmer. ISBN 0028726022.

Notes

  1. ^ Karolyi, page. 4
  2. ^ Page de Graham. 598 Graham réclame cela Le Nigéria est au coeur de la musique africaine et cite également l'importance du highlife dans la musique nigérienne, aussi bien que son influence sur d'autres pays
  3. ^ Omojola, cité chez Africlassical.COM
  4. ^ Karolyi, pgs. 12 - 14 Karolyi attribue cette limite à Musicologue et ethnomusicologist américains Rose Brandel, spécifiquement dedans La musique de l'Afrique centrale : Une Étude D'Ethnomusicological
  5. ^ Graham, page. 588 L'industrie de musique est bien développée, avec de nombreux studios d'enregistrement, une soif pour le succès esthétique et matériel et un appétit vorace pendant la vie, l'amour et la musique.
  6. ^ L'information arabe du monde, "musique traditionnelle de hausa du Nigéria"
  7. ^ Graham, page. 90 Le plus impressionnant du hausa instruments d'état, cependant, est la trompette ovale d'état appelée kakakai, qui a été à l'origine employé par Songhai la cavalerie et a été prise par les états se levants de hausa comme symbole de puissance militaire.
  8. ^ Karolyi, page. 43
  9. ^ Graham, page. 589 Graham décrit tous les deux le receptvity de l'igbo aux influences étrangères, aussi bien que l'utilisation du obo
  10. ^ Graham, page. 589 Graham réclame la source d'influence brésilienne était la communauté marchande brésilienne influente du dix-neuvième siècle tôt.
  11. ^ Graham, page. 590 Graham réclame que le mot juju était a expression douce de dénigrement colonial -- éléphant musical de baragouin -- prise par les musiciens de juju eux-mêmes pour la renverser. Et jojo s'avère justement également être le yoruba pour danse.
  12. ^ Afropop : Apala Afropop cite cette réclamation As (le m)usicologist Chris Waterman suggère que l'influence des enregistrements de percussion d'Afro-Cubain ait été également élément formateur en raffinant la présentation de la musique, bien que non ses rythmes et formes. Afropop autre indique que, bien que les autres instruments mentionnés soient communs dans toute la musique populaire nigérienne, l'utilisation du agidigbo est peu commun et particulier à l'apala
  13. ^ Afropop : Apala Afropop cite l'importance et les instruments traditionnels d'Ishola ; l'influence d'Afro-Cubain est là citée As (le m)usicologist Chris Waterman suggère que l'influence des enregistrements de percussion d'Afro-Cubain ait été également élément formateur en raffinant la présentation de la musique, bien que non ses rythmes et formes. Afropop autre indique que, bien que les autres instruments mentionnés soient communs dans toute la musique populaire nigérienne, l'utilisation du agidigbo est peu commun et particulier à l'apala
  14. ^ Graham, pgs. 596 - 597 Graham explique l'importance de Benson et de Lawson. En référence "à la mère douce, Graham explique : (b)ut c'est une chanson infectieuse et son appel efficace a été inventé de l'utilisation de Mbarga du pidgin anglaise (élargissant ses assistances énormément) et d'un modèle qu'il a appelé panko -- rumba sophistiqué pour la première fois d'incorporation guitare-exprimant dans l'idiome de highlife.
  15. ^ Graham, page. 593 Graham ne cite pas une source spécifique pour la réclamation par Sikiru Barrister
  16. ^ L'information arabe du monde, "musique populaire de Fuji du Nigéria"
  17. ^ Graham, page. 593 Graham ne cite pas une source spécifique au delà d'Ebenezer obéissent, et expliquent que le fuji est seulement parfois avec aisance décrit comme musique de jùjú sans guitares
  18. ^ Afropop : Fuji L'avocat, qui reste sur le principal bord, a commencé dehors en les être-chansons 1965 de chant employées pour susciter des musulmans tôt le matin pendant la saison sainte de Ramadan. Il a continué pour se mélanger dans les aspects de la percussion d'apala et de la musique de sakara vocal de chansons et de couvée, philosophique et a émergé avec un nouveau modèle de la musique qu'il a doublé le fuji.
  19. ^ Afropop : Apala Afropop cite cette réclamation As a typiquement considéré le précurseur le plus important du fuji
  20. ^ Graham, pgs. 591 - 592 Graham discute longuement la rivalité entre Ade et obéit cela tellement innovation stimulée
  21. ^ Graham, pgs. 592-593 Graham décrit les origines de Peters Afro-juju, l'importance de Série Afro-Juju 1, la limite Shinamania et l'exécution critique et commerciale de Shinamania
  22. ^ Afropop : Juju Afropop se rapporte à la période de temps pour juju génial comme autour du même temps que 1989 ou 1990.
  23. ^ Graham, page. 595 Graham est la source pour la citation de "vagin", aussi bien que les détails de la carrière de Kuti et la signification de sa mort

Davantage de lecture

  • Akpabot, Samuel Ekpe (1975). Musique d'ibibio dans la culture nigérienne, Pression D'Université de l'Etat Du Michigan.
  • Arom, Simka (1991). Polyphonie africaine et Polyrhythm : Musical Structure and Methodology, Cambridge University Press. ISBN 0521616018.
  • Graham, Ronnie (1989). Stern's Guide to Contemporary African Music, Pluto Press. ISBN 1853050008.
  • Veal, Michael E (1997). Fela. The Life of an African Musical Icon, Temple University Press.
  • Waterman, Christopher Alan (1990). Juju : Une histoire et une Ethnographie sociales d'une musique populaire africaine, université de pression de Chicago. ISBN 0226874656.

Liens externes

 

  > Français > en.wikipedia.org (Traduit par ordinateur dans le Français)