Répétition de l'arbalète

Table des matières

Répétition des arbalètes

Histoire

En répétant des arbalètes ayez une longue histoire, avec la connaissance écrite précise la plus ancienne datant au Dynastie de Han (ca. 20-220 A.D.) dedans La Chine. Le Chinois répétant l'arbalète (???, pinyin Zh ? G ? n ?, Transcription anglaise : Chu-ko-nu ou Zhuge-nu, la signification de l''arbalète de Zhuge 'en anglais) est un morceau d'équipement extrêmement simple. On le prétend avoir été inventé par Chinese stratège Zhuge Liang (181-234 A.D.), ce qui est défendable puisque les schémas les plus tôt de l'arme ont été trouvés du enterrés bibliothèque de Chu, dater toute la manière de nouveau à 250 B.C. L'arbalète de répétition chinoise a vu sa dernière action sérieuse dans Guerre du Chine-Japon de 1894-1895, parmi là où les photographies montrent répéter des arbalètes en tant qu'armes communes Mandchou troupes. La construction de base de cette arme est demeurée beaucoup sans changement depuis son invention, lui faisant un des armes mécaniques long-vécues.

Chu-ko-nu

Un du plus simple, conceptions raboteuses et célèbres. Il était extrêmement facile fabriquer et employer cette arme, et a pu facilement jeter dix flèches en quinze secondes. Dans la comparaison, une norme arbalest a pu à peine tirer un de ce temps. Le chu-ko-nu, cependant, n'a eu ni la puissance ni l'exactitude d'un terrain communal arbalète en raison des raisons opérationnelles. Ceci lui a donné une gamme plus courte, ce qui a été compensé en employant les flèches légères au lieu des boulons lourds des arbalètes en pas à pas. Ainsi, le chu-ko-nu n'était pas très utile contre plus fortement les troupes blindées à moins que poison a été enduit sur des flèches, dans ce cas même une petite blessure pourrait être mortelle. Puisqu'un chu-ko-nu a été tiré de la hanche, l'exactitude était horrible mais pourrait être ajustée très vite puisque le prochain projectile était seulement une seconde loin.

Le chu-ko-nu a été actionné par a en mouvement levier expédie et vers l'arrière. Dans ce mouvement, un boulon serait lâché en place, la corde serait ficelée, alors le boulon serait tiré et encore serait prêt à prendre son endroit.

Ceci a mis la corde de l'arme sous l'usage lourd depuis lui a eu des forces le tendre de ci-dessus et ci-dessous, et le levage du magasin a particulièrement ajouté la pression sérieuse à la corde. des Nu-cordes donc ont été souvent renforcées avec cannettes des oiseaux, de préférence cygne ou canard.

Les changements à Chu-ko-nus ont inclus les arbalètes montables de siège avec de plus grandes flèches et une plus grande puissance qui ont exigé de deux hommes de fonctionner : sighter et opérateur. Il y avait également une version lourde en utilisant deux magasins, de ce fait doubler le nombre de flèches a déchargé. Les derniers ont été employés dans le combat extrême de fermer-quart parce qu'elles ont eu la gamme extrêmement courte, ou de plus grandes versions qui ont exigé de deux mains de fonctionner ont été montées sur des dessus de mur. Ils se sont avérés efficaces en portes et portes défendantes des châteaux. Il peut considérer comme sorte de pistolet de mitraillette des ancients.

Il est remarquable que les Grecs hellénistiques aient également eu une arme de répétition d'arbalète qui a fonctionné en utilisant un mécanisme semblable. À la différence du Zhuge chinois Nu, l'arbalète de répétition grecque était une grande arme, boulons de tir qui étaient un mètre long. Cependant, nous sommes informés de l'historien Dionysios de Halikarnassos que cette arme est sorti de la mode puisque le mécanisme était TROP précis - puisque c'était une arme de siège là était peu de point en mettant le feu à un rond chaque seconde.

Des démonstrations d'une arbalète de répétition grecque reconstruite peuvent être vues sur de divers documentaires de télévision.

Voyez également

  • Arbalète

Liens externes

 

  > Français > en.wikipedia.org (Traduit par ordinateur dans le Français)