Shawm

Woman playing a bass shawm, (Tobias Stimmer ca. 1500)
Femme jouant un shawm bas, (Tobias Stimmer ca. 1500)

shawm était a de woodwind famille, faite dedans de l'en retard jusqu'au . Il a été développé à partir de l'oriental zurna. C'est l'ancêtre du moderne . Le shawm s'est appelé Schalmei en allemand, et ce mot est censé pour dériver du latin calamus, signifiant le roseau ou la tige. Il est, cependant, également possible que le nom vienne du salamiya ou salameya, un oboe traditionnel d'Egypte, comme shawm européen semble avoir été développé à partir des instruments semblables apportés à l'Europe du Proche Orient pendant la période du Croisades. Ceci est confirmé par les noms très semblables de beaucoup de shawms folkloriques utilisés en tant qu'instruments traditionnels dans diverses nations européennes, telles que l'Espagnol xirimia, le Portugais charamela, et l'Italien ciaramella.

Le shawm a eu un long alésage qui a commencé directement mais élargi dans a , et a eu a double roseau. Il a produit une tonalité aiguë forte, et a été employé près bandes militaires pendant Croisades, aussi bien que dans la vie ordinaire pour danser.

rauschpfeife, un instrument étroitement lié, est un instrument tubulaire couvert ; comme les roseaux de a cornemuse ou , le double roseau de l'instrument réside dans un windcap et la bouche du joueur n'entre pas en contact avec ainsi le roseau.

L'oboe s'est développé à partir du shawm en siècle de mid-17th où Jean Hotteterre et Michel Danican Philidor modifié lui, produisant un instrument avec un alésage plus étroit et un roseau qui est tenu par les lèvres du joueur près de l'extrémité.

Le shawm est un long, droit instrument en bois avec une cloche, jouée avec un double roseau semblable à un petit roseau de bassoon. Comme beaucoup d'instruments européens, le shawm a commencé la vie comme instrument arabe. Des instruments infiniment comme le shawm médiéval peuvent encore être entendus dans beaucoup de pays aujourd'hui, joué par des musiciens de rue ou parfois par les bandes militaires. La dernière utilisation serait bien connue aux croisés, dont souvent a dû faire face amassé se réunit saracen des shawms et des nakers, utilisés comme arme psychologique. Il doit avoir eu un effet profond, comme le shawm a été rapidement adopté par Européen, pour danser aussi bien que pour des buts militaires. La bande de danse extérieure standard au quinzième siècle s'est composée d'une trompette de glissière jouant des mélodies populaires, alors que deux shawms improvisaient des countermelodies au-dessus d'elle - plutôt comme le jazz. Par le seizième siècle tôt, le shawm avait subi le développement considérable. Son tonalité au commencement dure a été adoucie en doublant presque sa longueur, la tuyauterie supplémentaire agissant de modifier les harmoniques. Son bruit grand et majestueux, en particulier une fois joué dans les époux de plusieurs tailles, était beaucoup dans la demande par des autorités civiques, et le shawm était équipement standard pour les bandes de ville, ou attend. C'étaient à l'origine des nuit-gardiens, ont payé pour exercer la surveillance sur les murs la nuit, et équipé des shawms (meilleur marché que des trompettes) pour avertir du danger, retentissez le tout-clair, et ainsi de suite. Les qualifications qu'elles ont développées sur le shawm, cependant, et la demande résultante de leurs services pour des fonctions civiques et privées, ont signifié que par le seizième siècle leur rôle réel était comme musiciens de ville, et un apprenti souhaitant être employé comme attente de ville a eu besoin de la compétence sur au moins dix instruments

La bande de shawm a occupé sa place processionnelle jusqu'au mi-dix-septième siècle. Les modes ont alors changé, et l'excédent quelques décennies, le shawm de soprano a perdu sa puissance et splendeur, acquises un alésage plus étroit, une tonalité plus introspective, la rotation de fantaisie et un couple des clefs, et apparues dans les salons du dix-huitième siècle comme nouvel oboe.

En attendant, arrière au seizième siècle tôt, il était tout à fait évident qu'un plein époux des shawms, bien qu'il ait fourni un bruit véritablement magnifique, ait été logistiquement défectueux, particulièrement pour des cortèges. Le shawm de soprano était d'environ deux pieds de long, et les instruments inférieurs accrus dans la proportion, la basse étant un monstre qui a dû être joué avec le bord de sa cloche se reposant sur le plancher. Porter la chose était assez maladroit, sans essayer de jouer sur la marche. Une certaine gerçure allemande ingénieuse a trouvé un moyen de forer deux alésages en bas d'une d'une seule pièce de bois et de les joindre au fond, produisant efficacement un shawm bas plié qui était moitié de la longueur originale, et beaucoup plus facile à contrôler. Le nouvel instrument s'est appelé un curtal ou un dulcian en Angleterre, et il est devenu très populaire comme instrument bas tout usage, même dans les arrangements de raffinage où les shawms plus élevés ont été considérés inadéquats. Vers la fin du dix-septième siècle, pendant que le shawm se transformait en oboe, le curtal a subi le même traitement et a fini vers le haut comme bassoon.

Liens externes

 

  > Français > en.wikipedia.org (Traduit par ordinateur dans le Français)