Dyrrachium

This article is one concerning one localité, vous pouvez partager vos connaissances en le modifiant.
Localisation de Dyrrachium parmi les fondations urbaines en Grèce à la fin de la République

Dyrrachium (en grec ancien Δυρράχιον / Durrákhion, en slave Drač, en albanais Durrës, en italien Durazzo), l'ancienne Épidamne, est une cité grecque et romaine sur la côte de la mer Adriatique en Illyrie, et Albanie actuelle, située environ 30 km à l'ouest de Tirana.

La cité grecque d'Épidamne est à l'origine une fondation coloniale de Corinthe et de Corcyre en Illyrie (Strabon, VI, 316), datée de 627 av. J.-C. Son gouvernement oligarchique strict est cité en exemple par Aristote dans la Politique, mais finit par entraîner une guerre civile, qui, par l'intervention de Corcyre et de Corinthe à partir de 435 et le jeu des alliances entre cités, devient une des causes de la Guerre du Péloponnèse.

Au IVe siècle av. J.-C., la cité appartient successivement aux royaumes de Cassandre et de Pyrrhus.

En 229 av. J.-C., les Romains s'emparent de la ville à l'occasion de la Première guerre d'Illyrie et la rebaptisent Dyrrachium, la seconde partie du nom grec -damnos étant en latin de mauvaise augure. Pausanias (VI, 10, 8) précise que la cité romaine n'est pas exactement l'ancienne, mais se situe à une courte distance d'elle, et que le nom de Dyrrhachium est celui du fondateur éponyme. De fait, des monnaies du Ve siècle av. J.-C. portent le nom Dyrrachion. Au début de l'époque romaine, la ville garde une semi-autonomie avant d'être transformée en colonie romaine.

La ville revêt une importance stratégique pour Rome car c'est le port d'arrivée des Romains qui traversent la mer Ionienne depuis Brundisium, et le point de départ de la Via Egnatia, la route militaire qui traverse le sud de la péninsule balkanique d'ouest en est et mène à Byzance en passant par Thessalonique. Cette situation explique qu'en 48 av. J.-C., Pompée établisse son camp à Dyrrachium où il repousse une attaque de Jules César qu'il avait tenté d'empêcher en vain de traverser le bras de mer pour passer en Grèce.

Dyrrachium est la capitale de la province de Nova Epirus, et demeure une ville importante dans l'Antiquité tardive, malgré des séismes destructeurs en 341 et 522, et plusieurs attaques barbares, dont celle des Ostrogoths dans les années 480.

L'empereur Anastase Ier en est originaire et donna à sa cité des fortifications imposantes, restaurées au siècle suivant par Justinien Ier.

Au IXe siècle, Dyrrachium devient la capitale d'un thème et plusieurs stratèges commandant ce thème sont connus par des sceaux.

Le rôle stratégique de Dyrrachium perdure et la ville tient ainsi une place importante dans de nombreux épisodes militaires de l'Empire byzantin : lors des guerres de Basile II contre la Bulgarie, lors de la révolte de Deljan, comme siège des ducs Nicéphore Bryenne et Nicéphore Basilakios en révolte contre le pouvoir central à la fin du XIe siècle.

Aux siècles suivants, la possession de la ville est disputée par les Normands (1081, 1107-1108, 1185), les Vénitiens (de 1392 à 1501) et les Byzantins, avant de tomber finalement aux mains des Ottomans en 1501.

Dès le XIVe siècle, la population de la ville est majoritairement albanaise.

Le cadre urbain antique de Dyrrachium est mal connu en raison de la continuité d'occupation jusqu'à l'époque contemporaine.

Bibliographie

  • (en) Oxford Dictionary of Byzantium, s. v. Dyrrachion, vol. 1, 668 ;
  • A. Ducellier, La façade maritime de l'Albanie au Moyen-Âge, Thessalonique, 1981.
Portail Hellenopedia – Accédez aux articles de Wikipédia concernant la Grèce antique.


 

  > French to English > fr.wikipedia.org (Machine translated into English)